6

Critique de Lions et Agneaux

par Kazuyuki Asai le mar. 28 mai 2013 Staff

Rédiger une critique
Traitant de la guerre en Afghanistan, ce film utilise judicieusement 4 points de vues afin d’aborder le sujet : celui d’un sénateur, d’une journaliste, d’un étudiant et son professeur ainsi que de deux militaires en mission. Le tout se déroulant en une heure seulement.
Hélas, ce mélange ne va pas aller bien loin. Certes, de belles interrogations sont posées, mais ce n’est pas suffisant. Tandis que certains prônent une attaque en Iran, voulant une guerre forte, d’autres refusent d’aller s’engager. Les protagonistes défient la politique, remettent en cause des valeurs morales, le récit laisse le spectateur réfléchir et se faire sa propre opinion, n’osant poser des vérités sur un sujet aussi sensible que celui-ci aux USA. S’engager ou non : telle est la question. On sent de ci, de là du potentiel qui cherche à sortir mais qui reste finalement trop enfoui pour apprécier pleinement le film.
Robert Redford interprétera ce professeur d’université dialoguant avec son élève joué par Andrew Garfield, doué mais manquant de détermination. Tom Cruise sera l’ambitieux sénateur interviewé sur sa politique et la communication par une journaliste spécialisé dans les « hard-news » (Meryl Streep). Les acteurs seront vraiment convaincants dans leur rôle même si manquant parfois de profondeur, on ne sait pas toujours ce qu’ils pensent réellement.
Le récit ne présente presque que des dialogues portant sur la jeunesse, l’armée, la survie. Avait-on besoin de voir ces deux soldats errer dans les monts afghans perdus qui ne dynamisent en aucun cas le film ? C’est intéressant mais un peu trop posé sur la réalisation qui est loin d’être exceptionnelle. Sujet captivant, le rôle des médias sur la diffusion d’informations géopolitiques, militaires au public, mais sous exploité.
Alors qu’il avait presque tout pour plaire, le film reste en demi-teinte, incapable de creuser plus loin.

En bref

6
Kazuyuki Asai Suivre Kazuyuki Asai Toutes ses critiques (604)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Laissez un commentaire