8

Critique de J'enrage de son absence

par Kazuyuki Asai le mar. 28 mai 2013 Staff

Rédiger une critique
Première fiction de la réalisatrice qui signe un drame traitant d’un sujet dur : la mort d’un enfant.
Mathieu : c’est ainsi qu’il se prénommait. Tué lors d’un accident de la route à l’âge de 4 ans, son décès cause la séparation de ses parents. Huit ans plus tard, la femme (Mado) a refait sa vie, elle est actuellement mariée et a un petit garçon de 7 ans prénommé Paul. Le mari (Jacques) lui s’est exilé aux Etats Unis, n’arrivant pas à se remettre du tragique accident et revient en France au décès de son père. Ce qui devait se produire, arrive : leur rencontre après tant d’années de séparations. Chacun porte encore en lui le deuil et pleure de voir qu’aujourd’hui plus personne n’accorde d’importance à cette histoire. L’un et l’autre se retrouve donc pour en parler.
Le problème : Jacques s’attache à Paul, voit en cet enfant l’espoir qu’il a perdu à la mort de son fils, Il passe du temps avec lui, lui offre des cadeaux, devient presque obsédé par ce qu’il pense être la réincarnation de Mathieu. Secrets, mensonges, leurs liens se resserrent au grand dam des parents de Paul.
Le casting regroupera Alexandra Lamy et William Hurt pour le couple séparé. Tous deux se débrouillent pas mal du tout. On aura un peu de mal au début avec lui car son français est un peu mou, mais finalement il est charmant. Le reste du casting, en particulier l’enfant jouant Paul sont aussi très crédibles. Finalement bien que pas exceptionnelle c’est un casting qui reste réaliste, dans lequel on se reconnaitra peut être.
La BO est très belle, émouvante, recouvrant avec légèreté les longs silences des personnages.
Le récit se concentre sur la dépression chronique des personnages. Lui surtout ne vit plus, il survit, il n’arrive pas à passer à autre chose, s’attachant tant bien que mal à ce passé qu’il a tant chéri. Seul, tentant de reporter son affection sur une autre personne peu à peu mais devenant psychologiquement dérangé. Le scénario exploite les relations conjugales après un désastre. Il sait se retenir sans tomber dans le pathétique mais aussi montrer de réels moments profonds, prenants, horribles. Dévoilant l’essence des sentiments et de la perte d’un être cher, on sera touché en plein cœur.
Se terminant sur une note terriblement triste, j’enrage de son absence restera dans nos mémoires pour toujours.

En bref

Un film français excellent, poignant mais jamais larmoyant.

8
Kazuyuki Asai Suivre Kazuyuki Asai Toutes ses critiques (604)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Laissez un commentaire