7

Critique de La Couleur de l'argent

par Kazuyuki Asai le ven. 7 juin 2013 Staff

Rédiger une critique
Le réalisateur réussit à faire d’un sport aussi ennuyeux que le billard un film attractif et qui a de la gueule.

Il réunit un trio d’exception composé de Tom Cruise, en jeune joueur de billard impertinent et un peu tête brûlée, Mary Elizabeth Mastrantonio, sa compagne attirante le soutenant et Paul Newman, en arnaqueur aguerri du billard. Absolument parfaits dans leur rôle, ils alternent entre la passion du sport et celle de l’argent. Tous trois vont se retrouver dans un bar et décider alors de s’entraider pour le tournoi de billard à 9 d’Atlantis.

Il faut le dire, le déroulement des événements apporte une sensation de déjà vu avec des personnages beaucoup stéréotypés : le jeune impétueux, classe mais certainement pas modeste qui a tout à apprendre du (pas si) retraité connaissant toutes les ficelles pour gagner des paris au billard. Accolade, accrochage nos deux héros, Vincent et Eddie, au fort caractère ne vont pas se laisser faire et grâce à l’aide de Carmen vont échafauder un plan pour empocher des milles et des cents.

Cependant la mise en scène est captivante, la caméra tourne autour de ces balles, pénétrant dans le jeu lui-même. Le tout est servi avec une BO plaisante restant dans l’ambiance « bluff », pas très réglo de tous ces paris et entourloupes. La musique country contribue à la conception de cette atmosphère de « gambling fever ». Les génériques annoncent la couleur : celle de l’argent, l’avarice dans toute sa splendeur, surplombant le jeu.

Ajoutons à cela quelques répliques cinglantes et dialogues humoristiques pour nous mettre complétement à l’aise. On s’attache fortement aux protagonistes et on regrette une fin un peu trop abrupte, logique mais nous laissant un peu sur le qui-vive.
Pas le meilleur du réalisateur mais agréable à visionner, surtout pour la très bonne performance des acteurs.

En bref

7
Kazuyuki Asai Suivre Kazuyuki Asai Toutes ses critiques (604)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Laissez un commentaire