7

Critique de Das feuer

par vedge le lun. 26 nov. 2018 Staff

Rédiger une critique
Cette BD propose de commémorer à sa manière le centenaire de la guerre 14-18 en adaptant un roman français, prix Goncourt 1916, témoignant de l’enfer des tranchés, du point de vue allemand.
Le titre de la BD est d’ailleurs la traduction en Allemand du titre français « Le Feu ».
Le dessin est torturé à l’extrême, en circonvolutions de traits s’enroulant sur eux-mêmes, pour dire l’horreur des visages exsangues, de faim, de froid, de peur.
Ces visages tout de gris semblent absorber les différences de physionomies pour ne faire qu’un archétype de soldat, broyé par ce conflit inimaginable.
Et quand s’écarte la point de vue, on voit alors une foule de cranes secs aux orbites vides. Fulgurant.
Ces silhouettes fantomatiques dansent un ballet sanglant, de coup de pelle en escalade de corps purulents, de course vaine et effrénée, jusqu’à la fin définitive, qui vient parfois comme une libération anticipée.
Les paysages lunaires se succèdent, aplats informes que strient des hachures de pluie et d’où émergent ça et là, les traits noircis d’épieu vestiges d’un passé détruit.
C’est un purgatoire infâme ou s’entremêlent les presque vivants et les déjà morts.
C’est la vérité crue qui est donné à voir, sans fard mais sans couleur, car chaque soldat de chaque camp oscille malgré lui entre gris clair et gris foncé.
Une dénonciation de l’horreur de la guerre, mise en scène de manière brutale mais juste.

En bref

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2284)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)