5

Critique de Spider-man - De père en fils

par bulgroz le jeu. 25 mars 2021 Staff

Rédiger une critique
De père en fils Abrams

Une mini-série sur Spider-man scénarisée par J.J. Abrams ? Illustrée par Sara Pichelli et colorisée par Dave Stewart ? Avec des couvertures d’Olivier Coipel ? Et qui, en plus, ferait un pas de côté pour s’intéresser à Ben, le fils de Peter, reprenant le flambeau et revisitant les origines du Tisseur ?

Voilà un sacré projet sur le papier, de quoi faire saliver les fans de l’homme araignée comme ceux d’Abrams, impatients de voir ce qu’il vaut sur un autre médium que le cinéma.

Et Marvel ne s’y est pas trompé : voilà plus d’un an que Spider-man, De père en fils tease sa toile.

Les premières pages donnent effectivement le ton.
Les auteurs annoncent qu’ils n’hésiteront pas à prendre des risques, à malmener les personnages, y compris ceux (et surtout celle) disposant d’un solide background, forgé par des décennies de bandes dessinées.

Très bien, c’est ce que j’aime dans les comics : quand les auteurs nous rappellent que rien n’est gravé dans le marbre. Et en la matière, dès le départ J.J. Abrams n’y va pas de main morte, grâce à son grand méchant, une sorte de Général Grievous (si, si, avec la cape, il y a un air…) assez inquiétant même s’il semble sortir de nulle part et affublé d'un nom complètement débile : Cadavérique

Puis arriva l’ellipse
L’intrigue, à proprement parler, débute en réalité trois pages et douze ans plus tard : Peter Parker a disparu de la circulation après avoir confié son fils Ben à sa tante May - à qui ça doit quand même faire tout drôle d’élever un petit Ben.

Le Spider-son, qui ignore tout de son paternel, lui en veut pas mal de l’avoir abandonné et va (un peu trop rapidement à mon goût) endosser contre son gré lui le costume rouge et bleu en découvrant les pouvoirs qui lui ont été légués par le truchement de la sainte génétique…Évidemment, cet adolescent ingrat ne veut pas de cet héritage. Et c’est bien malgré lui qu’il devient le nouveau Spider-man.
Les grandes responsabilités, tout ça tout ça...

Cette astuce permet aux auteurs de revenir aux raisons du succès populaire de l’homme-araignée, ce petit freluquet qui s’oppose au grand costaud du lycée, et qui le dégomme à la surprise générale.
Une idée bienvenue permettant également d’introduire un nouveau personnage féminin qui aura la tâche de seconder Ben et de distiller des blagues que Peter était bien capable de faire tout seul en son temps !

Sans en être tout à fait une, c’est une modernisation habile de Spider-man qui se trouve confronté à des problématiques contemporaines de la génération Z dans des cases qui auraient sûrement donné du fil à retordre à Geneviève Coulomb…
Les auteurs iront même plus loin en revisitant carrément l’origine des pouvoirs de Peter Parker de manière à mettre au centre du récit l'idée de filiation. Pas très convaincant tout ça.

De père en fils est par ailleurs plein de bonnes idées mais souvent sous-exploitées.
Les auteurs partent bien trop rapidement sur la piste du récit super-héroïque classique avec son lot de rebondissements qui n’en sont pas, de ressorts scénaristiques peu convaincants, de grosse baston finale, de cliffhanger téléphoné et de héros qui ressuscitent alors qu'ils n'ont rien demandé. A croire que c'est son truc, à Abrams, de ressusciter les gens.

La relation père-fils, censée être au centre du scénario, finit, de fait, étrangement reléguée au second plan et c’est dommage car les moments de retrouvailles sont assez bien vus.
Au final, Ben échangera davantage avec un Tony Stark franchement ridicule qu’avec son Spider-father. On en vient à se demander si le titre de la série ne fait pas en réalité allusion au duo père-fils Abrams responsable du scénario.

Heureusement que tout ça est mis en dessins par Sarah Pichelli !

En bref

Au delà des effets d'annonce, Spider-Man de père en fils est une mini-série qui décevra ceux qui s'attendait réellement à quelque chose d'extraordinaire. Même si le récit regorge de bonnes idées, les auteurs ne les exploitent pas assez, préférant la facilité et le classique. Dommage mais pas franchement étonnant.

5
Positif

Un rafraîchissement de Spider-Man, bien vu

Une vision neuve de Peter Parker

Des dessins réussis

Negatif

Une trame vraiment trop classique

Un méchant mal entouré...

Des dialogues parfois peu inspirés

Des rebondissements qui ne rebondissent pas bien hauts

L'idée du père-fils, reléguée en second plan, comme toutes les bonnes idées de la série...

bulgroz Suivre bulgroz Toutes ses critiques (88)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)