Viens Dans Mon Comic Strip : Mutants from Ipanema !

On en parlait dans le dernier épisode des GG comics : voici la fameuse histoire du comic X-men brésilien !

AUTOUR DU MONDE :

X-MEN BRÉSILIENS

Mutants from Ipanema !

 

Les lecteurs de kiosques, en France, savent que des productions hexagonales ont parsemé les éditions Lug (des épisodes des Fantastiques par Chantereau dans Spidey, ou encore le Surfer par Mitton dans Nova, dont au sujet duquel qu’on vous a causé précédemment. Mais ça, c’était en France. Qu’en est-il ailleurs dans le monde ?

Les pérégrinations sur le ouaibe ont conduit le jovial signataire de ces lignes à découvrir l’existence d’épisodes d’origine brésilienne, consacrés aux mutants de la Marvel. Les informations sont disponibles ici, sur un blog dont l’auteur a préféré la forme du forum (allez comprendre). Outre la possibilité, en passant par les liens qu’il soumet, de lire les épisodes susnommés (pour peu que les connaissances en portugais ne soient pas trop rouillées), il donne quelques détails, qui nous transportent de l’autre côté de l’océan, mais aussi à une autre époque.

Donc, nous sommes en 1968, au Brésil. Les X-Men de Stan Lee et Jack Kirby arrivent au pays des cariocas avec environ cinq ans de retard, dans une revue en noir et blanc publiée par Grafica Editora Penteado. Le choix de l’absence de couleurs se fait pour des raisons économiques. C’est un peu aussi pour des raisons économiques que les histoires inédites voient le jour, prenant la place de segments publicitaires qui ne sont pas vendus aux annonceurs. Dix récits seront donc réalisés par des auteurs locaux en 1968 et 1969.

 

Les bandes dessinées sont réalisées par Gedeone Malagola et Walter Silva Gomes. Le premier, né en 1924 et décédé en 2008, occupe plusieurs casquettes, officiant comme dessinateur et scénariste. Notons que sa carrière l’a mené à créer des personnages de super-héros dans son pays (Rai Negro, Hydroman, Homem Lua…), voire à travailler sur des personnages américains (la fiche wikipedia consacrée au bonhomme évoque le Tor de Joe Kubert, mais mon portugais est un peu rouillé, je comprends peut-être de travers…).

Les histoires, courtes, fonctionnent un peu comme les récits français qu’on trouvait dans Spidey ou dans les albums de l’Araignée ou des Fantastiques, à savoir qu’ils inventaient des ennemis ou des situations étranges, et parfois invitaient un personnage du catalogue. Ici, c’est un peu la même chose, on a des histoires d’aventures sous-marines, de maison hantée, de monstres préhistoriques, et, au détour d’une histoire, ils croisent Magneto et Mastermind ou même Thor.

Le dessin oscille entre l’évocation presque servile du Kirby de 1963, et une approche plus réaliste genre sous Buscema. Certaines planches (pas signées : sont-elles du fait de Malagola ou bien Gomes a-t-il dessiné toutes les histoires, comme certains commentaires semblent le laisser entendre ?) évoquent un peu un Kirby encré par Geo Bell, même si bien des planches ont un parfum de bâclé : ce qui, au demeurant, n’est pas dénué de charme.

 

La question qui se pose, c’est de savoir si ces épisodes, qui évoquent un peu, tant par la forme que par la tonalité, les back-ups d’origine que la série américaine accueillait au bout de quelques années, ont été réalisés de manière légale. D’après notre première source, qui est parvenu à remonter jusqu’à Roy Thomas, les épisodes n’auraient pas pu se faire sans l’accord de Marvel, même si personne n’en a de souvenir ni même de trace écrite et contractuelle. Le site Bleeding Cool, qui s’est fait l’écho de ces planches en chroniquant fort brièvement la sortie d’une compilation des planches de Malagola, affirme que les récits sont des créations pirates. Mais bon, on connaît bien les avis à l’emporte-pièce et la pensée binaire du site.

 

Les quelques liens et les quelques images présentés ici vous permettront de rêver un peu à des parutions oubliées, pour des raisons historiques, géographiques et sans doute légales. La réédition brésilienne, pour les plus lusophones d’entre vous, est l’occasion de toucher du doigt un patrimoine méconnu. Et on se plaît à rêver que Marvel, un jour, décide de contourner tous les écueils juridiques afin de proposer des éditions facilement accessibles de ces trésors méconnus.

Articles en relation
Red Skin vu par Jim Lainé

Red Skin vu par Jim Lainé

ven. 22 mars 2019
Séries les plus attendues au 01/02/2019

Séries les plus attendues au 01/02/2019

ven. 1 févr. 2019
Découvrez les séries les plus attendues par les me...
Commentaires (0)