10

Critique de Be x Boy Magazine

par Thanael le lun. 25 mai 1970

Rédiger une critique
/ Volume 1 / Asuka fait vraiment plaisir aux fans de Yaoi avec cette parution d'un magazine de prépublication entièrement dédié au genre. Les délais peuvent paraître un peu long (deux terribles mois entre chaque volume), mais bon, c'est la fan impatiente en moi qui parle, et quand on voit la qualité de BexBoy Magazine, on se doute qu'il faut quand même du temps pour tout traduire et agencer au mieux. J'ai toujours classé mes yaoi suivant un modèle de *styles* que je croyais être la seule à appliquer. Mais visiblement ce n'est pas le cas puisque Asuka a sélectionné pour son magazine des mangas type de chaque un des styles proéminent du yaoi, pour mieux faire découvrir l'ensemble du genre. Pour ce qui est des séries sélectionnées, ici nous avons une excellente sélection. Il y en a pour tous les goûts et si vous ne connaissez pas le yaoi mais êtes curieux (enfin curieuses plutôt, soyons honnêtes ^^) voilà un bon moyen de vous lancer et de découvrir quel style vous convient. Certain de ces auteurs font parti de mes favoris et je suis particulièrement contente de voir les oeuvres de Ayano Yamane, Bohra Naono et Tsuta Suzuki sélectionnées. Les styles des mangakas autant dans l'écriture que dans le dessins sont tous très différents mais la qualité est toujours au rendez-vous. Style *comique* : Si vous aimez bien vous moquez gentiment des héros un peu naïfs qui se mettent dans des situations pas possible, Lovely Teacher fera votre bonheur. Komori est un professeur de primaire plein de bonne volonté et d'enthousiasme malgré une classe un peu (voir beaucoup) dissipée. Son but : devenir aussi calme et à l'aise que le professeur de la classe voisine, Takigawa. Mais tout change lorsqu'il découvre le secret de celui-ci. Qui pro quo, jugement hâtifs, remise en question, Komori a pas mal de chemin à faire pour devenir le prof qu'il rêve d'être. ( Très bon choix pour du Nase Yamato, j’aime beaucoup l’humour de cette auteur mais avec son style graphique, ses ukes lycéens donnent toujours l’impression d’avoir douze ans, ce qui est très perturbant. Ici avec Komori et Takigawa visiblement adultes, le shota involontaire est évité, tant mieux ! ) Style *yakuza/policier* : Pour ceux intéressé par le côté romancé des histoires de gendarmes et de voleurs de notre enfance Do you know my detective est plutôt dans la partie policier du genre. Mélange d'enquêtes et de démêlés avec la pègre, Shigure et Ryûnosuke tiennent une agence de détectives qui marche plus comme un service d'hommes à tout faire dans un quartier un peu craignos de la ville. Shigure avec son sens de la justice très personnel comparé à Ryûnosuke son partenaire plus honnête, travaillent tous les deux d'arrache pied pour vivre leur vies en oubliant leur passés respectifs. ( Je ne connaissais ni l’histoire ni vraiment l’auteur. Mais les dessins sont magnifiques et l’histoire bien que classique est amusante et promet des rebondissements par la suite, à guetter. ) Style *école* : Si les histoires d'amour au lycée vous font rêver, si vous attendez la scène où vos héros vont se croiser dans le couloir à l'intercours et se jeter un regard énamouré en coin avant de continuer leur chemin, Silent Love c'est ce qu'il vous faut. Quand Tamiya, dont Tôno est amoureux depuis longtemps, lui fait une déclaration, le manque d'enthousiasme visible de notre héro fait douter son camarade. En effet, depuis toujours Tôno est handicapé dans ses relations avec les autres par un visage inexpressif et une timidité maladive. Soit Tamiya apprends à décoder Tôno, soit Tôno apprends à rendre ses sentiments plus évidents, en tout cas, il va falloir que ça change pour que ce couple fonctionne. ( Ooooh comme je l'aime celui là, c’est une de mes séries préférées depuis longtemps… J'adore les petites têtes de Tôno qu'on a dans les coins, qui nous permettent de tout savoir sur l'état d'esprit de notre grand timide.. Dommage que Tamiya n'en profite pas ! ) Style *salarymen* : Amoures secrètes sur le lieux de travail, comment éviter la suspicion des collègues en étant toute la journée ensemble mais sans rien pouvoir faire : c'est Yebisu Celebrities. Haruka Fujinami a décroché un petit boulot dans une agence super connue, Yebisu Graphics. Dès son arrivée, le patron le prends sous son aile : de la tenue à son premier projet en solo, Haruka a du pain sur la planche pour s'imposer dans la société des Yebisu Celebrities. ( De nouveau une série que j’avais loupé, je me demande bien comment. J’aime bien les dessins de Shinri Fuwa en règle général, mais ce n’est pas forcement une histoire que j’aurai choisie, elle promet d’être très clichée par la suite, j’attends de voir pour donner mon verdict. ) Style *école* : He oui un deuxième dans ce genre, mais il y a une différence importante entre Hey Sensei et Silent Love. Ici notre héro Homura, élève, est amoureux fou de son professeur Isa. Homura est très entreprenant et fera tout pour séduire le récalcitrant professeur de mathématique. De son côté Isa essaie de garder la tête plus froide et veut faire face à la réalité : leur différence d'âge, leurs positions respectives dans la société et une connexion dans le passé ne vont pas faciliter les choses. ( Arf, on tombe rapidement dans les histoires classique du genre. Si vous n’en avez jamais lu, Hey Sensei pourra vous intéresser, les dessins sont très beaux et l’histoire bien menée. Mais pour moi ça manque d’originalité, c’est la quinzième histoire de ce type que je lis… Je vais me contenter de regarder les jolis dessins… ) Style *yakuza/policier* : Avec Viewfinder, c'est le côté yakuza qui est exploré, attendez vous donc a une histoire plus sombre que Do you know my detective ? Ici le uke n’est pas consentant, mais ce que le seme cherche, ce n’est pas une histoire d’amour, c’est de donner une bonne leçon à ce fouineur qui perturbe ses affaires. Asami est un important yakuza qui gére un club autour du quel Takaba un jeune photographe traîne, celui-ci est à la recherche du scoop qui le lancerait. Takaba va apprendre a ses dépends que certaines personnes gardent jalousement leurs secret et que s'il veut une histoire, il va devoir prendre des risques. ( Viewfinder… On m’aurait dit il y a quelque années qu’il serait un jour traduit en français, je n’y aurai pas cru. Ce qui attire le regard au début dans cette série c’est la qualité du dessin : L’œuvre de Ayano Yamane est un régal pour les yeux. Takaba est un uke plein d’énergie, il n’a pas l’intention de se laisser faire et j’ai hâte de voir comment ses entrevues avec Asami vont évoluer. ) Style *école* : Troisième histoire centrée dans le monde du lycée, Welcome to the chemistry Lab se distingue quand même par une histoire plus légère que Hey Sensei. Kôsuke est le seul membre du club de chimie à venir s'amuser à faire des expériences avec le prof responsable Shibaura à la grande joie de celui-ci, charmé par l'enthousiasme de Kôsuke. Se donner rendez-vous hors de l'école, éviter le grand frère protecteur de Kôsuke, là aussi, pas mal d'effort à fournir pour faire fonctionner la relation improbable du prof et de son élève préféré. ( Eh, ça ce sent un peu que je ne suis pas follement emballée par celui-là ? On est loin de voir le meilleur de Rie Honjoh, malheureusement pour moi Chemistry lab n’est pas interessant, sauf peut être pour les non initiés, sinon, vous aurez lu cent fois les rebondissements de ce genre d’histoire… ) Style *kemono* ou *créatures fantastiques* pour les moins japonais fangirl que moi, je classe ici tout ce qui est en rapport aux créatures surnaturelles qu'on peut trouver dans la littérature : loup garous, vampires, démons et autres bêtes fantastiques propre à la mythologie japonaise. Je sais que je dois utiliser cette appellation complètement à coté de la plaque mais bon, j'aime la sonorité ^^,. Aheum, pour en revenir à l'histoire de My Demon and me : Aki a un destin difficile, sa famille est maudite et il est condamné à mourir lentement rongé par une maladie incurable. Mais ça c'est sans compter sur le démon protecteur que son grand père lui a laissé. A sa grande surprise, celui-ci a une manière très personnelle de le soigner... Pouvoir magiques, mystère, problèmes relationnels avec un membre d'une espèce complètement différente, Aki et Setsu vont devoir apprendre a mettre leurs différences de côté pour survivre. ( J’aime Tsuta Suzuki, j’aime les histoires avec du mystère et des créatures étranges, j’aime My demon and me… J’ai un peu d’avance pour ce titre puisque je suis la parution américaine qui en est au volume 2, mais ça fait plaisir de voir ce genre arriver en France et j’espère voir plus de titre de cette auteur et dans ce style à l’avenir… ) Style *fantastique* Rebondissements surnaturels, fantômes, réincarnation, pouvoirs magiques, c’est le style pour les amateurs de mystères et d’humains aux capacités extraordinaires. Dans Whispers, Renji reçoit le choc de sa vie en découvrant le nom de son petit ami sur la liste des victimes d'un crash aérien à la télé. Désespéré, il est au bord du suicide quand une voix familière l'arrête. Kazuki, bien vivant, en chair et en os, se tiens devant lui. Mais qu'est ce que c'est que cette histoire ?! ( Devinez qui est ma deuxième auteur yaoi préférée ? J’apprécie particulièrement le style plus réaliste de Bohra Naono, ses garçons, ukes ou semes, ressemblent tous a des garçons et non a des armoires à glasses et à des filles que la nature aurait équipées d’un pénis. J’ai pleuré comme une madeleine à la première lecture de cette histoire avant de tourner la dernière page pour tomber sur une grosse surprise. Bonne lecture, ce titre va vous surprendre et touchera a plusieurs genres différents, c’est ça le bonheur de lire du Bohra Naono… )

En bref

10
Thanael Suivre Thanael Toutes ses critiques (7)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Be x Boy Magazine
Boutique en ligne
13,99€
Boutique en ligne
13,99€
Boutique en ligne
13,99€
Boutique en ligne
13,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)