7

Critique de Pochi & Kuro

par Pois0n le mar. 18 déc. 2018 Staff

Rédiger une critique
La chasse à l'humain est ouverte!

Sortie dans une relative discrétion, voilà que la série Pochi & Kuro, pourtant plutôt récente, revient dans une édition coffret limitée, comprenant les quatre tomes de la série et trois cartes postales, le tout dans un carton léger mais a priori robuste. Un packaging qui suffit à lui seul à encourager le craquage, puisque hop ! vous revenez chez vous avec l'intégrale sous le coude. Cependant, la série n'a même pas besoin de cet enrobage attrayant pour convaincre.


Pochi & Kuro, c'est donc l'histoire d'une humaine qui se retrouve sans trop qu'on sache comment au bout de la canne à pêche d'un démon. Sachant que la chair humaine a la propriété de décupler la puissance de celui qui la mange, la jeune fille se retrouve instantanément sur le gril... sauf que non. Mignonne, d'une gentillesse à toute épreuve (ou sujette au syndrome de Stockholm version express, au choix), il ne lui faut pas longtemps pour attendrir les deux loubards au grand cœur que sont Kuro et Leo. Problème, la barrière de la langue complique quelque peu l'échange culturel naissant... et sera le point de départ d'une véritable épopée où rien ne se passe jamais comme prévu.


La plus grande originalité de Pochi & Kuro, c'est en effet le fait que les autres personnages, et donc le lecteur, ne comprennent pas les paroles de l'héroïne ! Tous les échanges reposent donc énormément sur le langage gestuel et sur le ton qu'elle emploie, retranscrit par des petits symboles explicites en guise de lignes de dialogue. Et c'est tout ! Une idée absolument brillante, et loin de n'être qu'un simple tremplin pour l'intrigue. Ce qui n'empêche pas Pochi, ou tout du moins est-ce comme ça que les garçons la surnomment, de s'exprimer et de très bien se faire comprendre. Dotée d'un caractère très affirmé, elle n'hésite pas à remettre les gens à leur place quand le besoin s'en fait sentir, démon ou pas.

L'aspect inter-espèce promis par l'auteur dans la préface est donc bien là, de même que la romance, omniprésente. Alors oui, ça traîiiiiine, même si Kuro prend assez rapidement conscience de ses sentiments. Ceux-ci, là encore, loin d'être un simple objectif, servent l'intrigue à de multiples reprises.


Car dans un monde où Pochi est une cible ambulante, voyager est loin d'être une sinécure ! De nombreux ennemis se dresseront donc sur la route du petit groupe... pour le plus grand bonheur de nos zygomatiques. C'est un fait, Naoya Matsumoto ne fait rien comme tout le monde, même lorsqu'il introduit un pesudo-triangle amoureux. Ou des protagonistes secondaires. La seule explication à certaines idées complètement barrées, c'est leur élaboration sous l'emprise d'une quelconque herbe-qui-fait-rire. Non, vraiment, qu'il s'agisse des personnages ou des péripéties, vous aurez beau vous attendre à tout, l'auteur vous surprendra là où vous ne l'imagineriez pas. Alors oui, dans le fond, Pochi & Kuro reste un récit de fantasy « standard », et ses ficelles aussi. Mais la forme a son importance et ici, son originalité parvient à rendre savoureuse une recette pourtant maintes fois goûtée. En outre, le récit est assez rythmé et dépourvu de longueurs, ce qui fait que l'on ne s'ennuie à aucun moment, d'un bout à l'autre des quatre tomes.


… Quel dommage que la conclusion soit aussi expédiée.

Alors rassurez-vous, la série possède une vraie fin, digne de ce nom. Mais vers le bout du dernier tome, on a comme le sentiment qu'il manque un chapitre. Une baston que l'on devine pourtant magistrale est totalement éludée, comme s'il n'y avait plus la place et qu'il fallait aller à l'essentiel. De même que l'épilogue est très rapide, passant sur le devenir de certains personnages en express avant de conclure définitivement l'histoire, là encore en quelques cases. C'est foutrement dommage !


Visuellement, Pochi & Kuro n'est pas le shonen de l'année, même si c'est en soi joli, propre et que l'auteur possède une patte bien à lui. Certains décors sont vraiment sympa, les protagonistes sont expressifs, les scènes de baston assez dynamiques... bref, à défaut d'en mettre plein les mirettes, c'est tout sauf moche, même si l'on ne retiendra pas la série pour ses graphismes.


Côté édition, Kazé s'en sort plutôt pas mal, avec des tomes petits format très souples, faciles à prendre en main. L'unique bémol viendra de la gouttière intérieure insuffisante, certaines bulles se retrouvant ainsi bouffées par la reliure. Mais rien de bien grave.


En conclusion, Pochi & Kuro, à défaut de renouveler ou de marquer d'une pierre blanche l'univers du shonen, parvient tout de même à sortir du lot grâce à ses idées farfelues, et à faire passer un très bon moment de lecture. On ne lui en demandait pas plus !

En bref

Un peu d'aventure, un peu de baston, un peu d'amour, et surtout beaucoup d'humour : à défaut de s'éloigner beaucoup des sentiers battus niveau rebondissements, Pochi & Kuro possède suffisamment d'originalité ailleurs pour séduire sans mal. On passe un bon moment, et c'est tout ce qui compte !

7
Positif

La barrière de la langue vraiment bien retranscrite !

L'humour omniprésent et totalement barge

Des personnages tout aussi barges

Negatif

La fin certes fermée mais un peu bâclée quand même

Pois0n Suivre Pois0n Toutes ses critiques (204)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 1 0 Commenter !
Autres critiques de Pochi & Kuro
8
Pochi & Kuro

Pochi & Kuro

Lire la critique de Pochi & Kuro

Boutique en ligne
27,16€
Boutique en ligne
27,16€
Laissez un commentaire