5

Critique de Devolution

par bulgroz le jeu. 20 déc. 2018 Staff

Rédiger une critique
Devolution

Le pitch de Devolution est simple et efficace : l’humanité (et toute forme de vie terrestre avec elle) dévolue suite à la propagation d’un agent chimique. La planète se retrouve donc plongée une nouvelle fois dans la préhistoire, cette fois-ci sans aucune rigueur scientifique mais on s’en fout, on n’est pas là pour ça… plutôt un formidable bac à sable pour dessinateur kiffant les monstres de série Z et les plantes piranha à la Mario. Ce qui semble être le cas de J. Wayshak.
Un comic qui aurait pu s’appeler « le cauchemar de Darwin » si le titre n’était pas déjà pris.
Ajoutez à cela Rick Remender au scénario, et me voilà a priori séduit par un énième récit post-apo.
Quelle dé(volu)ception à l’arrivée !

Le début est pourtant pas mal. Raja, une jeune fille restée humaine, survit parmi une faune hostile et une flore qui ne l’est pas moins, cherchant à tout faire rentrer dans l’ordre : en gros, trouver et diffuser l’antidote à la régression généralisée. Le tout, assaisonné de cassages de crânes et autres démembrements en règle.
Les dessins cartoon d’une légère inspiration fantasy sont réussis, la colorisation également et les quelques bonus nous donnent envie d’en voir plus en noir et blanc.
Puis vient L’EXPLICATION tant attendue. Comment en est-on arrivé à inventer puis disperser un tel produit chimique ? Est-ce une erreur ? Sur quelles réflexions philosophiques se sont basés les chercheurs ? Autant de question qui ne manqueront pas d’être traitées puisque, rappelons-le, Remender est aux manettes, et on imagine bien qu’il a une idée derrière la tête !
Et c’est le cas, les raisons de la dévolution ont en leur cœur une certaine forme de misanthropie et de cynisme que l’on connait bien chez le scénariste.
Mais pourquoi s’être arrêté là ? Pourquoi ne pas avoir creusé le sillon de l’interrogation sur la nature humaine, sur le Mal, sur Dieu ? Car au fond c’est de cela dont il est question. Quand on connait l’importance des théories créationnistes aux États-Unis, on se dit qu’il y a de fortes chances qu’un comic de Remender traitant de Dieu ET de "dévolution" soit une masterpiece.
Mais encore une fois je me plante et je pars dans des délires sans fin puisque Devolution ne se révèle en définitive n’être qu’un nanar mal assumé se planquant derrière une fausse profondeur de réflexion.
Ce qui peut aussi avoir son charme, hein !

Une fois l’intro passée, on enchaîne les scènes d’action gratuites et faciles, des méchants vraiment méchants, les rebondissements qu’on avait anticipés avant même d’avoir ouvert le bouquin et les répliques bourrines qui n’ont pas bien supporté la traduction.
Une fois qu’on a accepté de faire le deuil de la finesse et de la profondeur, on se résigne et on peut continuer de prendre du plaisir à lire un concentré d’action trash aux dessins sûrement clivants mais qui personnellement, me bottent pas mal.

Rick Remender semble vouloir s’essayer à un style qu’il doit vite abandonner et laisser aux britanniques. Heureusement, il a eu la bonne idée de le faire sur un one shot ce qui donne à l’arrivée un récit pas franchement raté, mais vraiment pas à la hauteur de ce qu’il aurait pu être ni de ce dont Remender est capable.

En bref

Un comic décevant parti d'une bonne idée de base mais choisissant la facilité de l'action gratuite et du bourrinage à tout bout de champ. Dommage.

5
Positif

Un pitch attrayant

De l'action de l'action et... de l'action !

Des dessins et une colorisation réussis

Des monstres et des plantes partout

Negatif

Un récit qui manque cruellement d'ambition

De l'action bourrine et gratos à chaque page

Des personnages trop caricaturaux

Des rebondissements foireux

bulgroz Suivre bulgroz Toutes ses critiques (57)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 1 0 Commenter !
Boutique en ligne
17,50€
Boutique en ligne
17,50€
Boutique en ligne
17,50€
Boutique en ligne
17,50€
Commentaires (0)
Laissez un commentaire