8

Critique de Nicky Larson et le parfum de Cupidon

par Skeet le mer. 13 févr. 2019 Staff

Rédiger une critique
Génération Dorothée

Tout avait pourtant si mal commencé...

Quand j'ai appris qu'une adaptation live française de "Nicky Larson" allait voir le jour, comme beaucoup de monde, j'ai un peu pris peur. Je ne voyais pas bien comment Philippe Lacheau et sa bande allaient pouvoir s'en sortir. S'attaquer à une série aussi culte est tellement casse-gueule, qu'on avait des raisons (bonnes ou mauvaises) d'être un peu perplexe. Entre désir de ne pas voir l'oeuvre de Tsukasa Hôjo salie pour les uns et celui de retrouver l'humour et la patte de Philippe Lacheau pour les autres, la tâche s'avérait difficile.


Je l'avoue, au tout début, je faisais parti de ceux qui avaient un peu enterré le film avant qu'il ait officiellement vu le jour. Comme beaucoup j'ai découvert Nicky Larson dans le club Dorothée dans les années 80 puis par la suite grâce aux éditions "J'ai lu" qui ont permis de faire découvrir aux quelques fans de mangas de l'époque "City Hunter", le manga d'origine sans filtre. Car oui, il y a bel et bien une différence notable entre Nicky Larson et City Hunter. Différence qui s'appelle la censure ! Le manga n'étant pas destiné aux plus jeunes au Japon a débarqué en France pour une audience allant de 5 à 12 ans grosso modo. Du coup il a fallu adapter tout ça pour que cela soit diffusable. En tant que fan de manga, je me suis d'abord dit "pourquoi avoir appelé le film Nicky Larson et non City Hunter ?". Mais petit à petit, je me suis dit "pourquoi pas ?". Au final, tout a commencé avec Nicky Larson, pour nous français, donc ne nions pas la vérité. Tout le monde a découvert cette série de la même manière, même les plus fans d'entre nous.

Des références à tire-larigot (clin d'oeil inside)

Une chose est sûre : Philippe Lacheau a bien bossé sa copie et a montré sa volonté de satisfaire autant les personnes qui se sont arrêtées à Nicky Larson du Club Dorothée que ceux qui ont poursuivi l'expérience manga avec City Hunter dans les années 90. Musiques, bruitages, nom de personnages, éléments d'arrière-plan... tout y est ! Et franchement, ça marche ! D'ailleurs, quand on a fini le visionnage du film, on se dit qu'on a sûrement loupé pas mal de références... une bonne excuse pour le revoir !


Certaines références font même quasi-office d'hommage avec la présence de Dorothée ou encore de Jean-Paul Cesari qui nous offre une version plus jazzy du générique français ultra-culte de Nicky Larson... franchement sympa !

Le seul problème c'est que si vous n'avez pas grandi dans les années 80, vous allez passer à côté d'énormément de choses et c'est bien dommage. On a vraiment l'impression de Philippe Lacheau s'adresse à une audience bien particulière. Mais on ne va pas se mentir : quand on se sent concerné (et je le suis, j'ai le même âge que lui), c'est plutôt agréable !

What did you expect ??

Etant globalement assez réceptif à l'humour un peu potache, je me disais que je pourrais passer un bon moment en regardant ce film...et ce fût le cas ! Après quelques gags un peu convenus en début de film pour mettre tous les profils de spectateurs dans l'ambiance et cerner le personnage, tout s'enchaîne dans un rythme effréné pour ne plus s'arrêter jusqu'à la fin.

Les situations absurdes s'enchaînent et vont même parfois assez loin (je plaignais certains parents venus avec leurs jeunes enfants !). Malgré la quantité de gags, la plupart fonctionnent vraiment bien pour peu qu'on se laisse porter par le film et son ambiance. Certaines scènes vont d'ailleurs probablement rester dans les mémoires (je pense notamment à celle qui se déroule sur "Take my breath away", le thème du film Top Gun, (vous comprendrez si vous allez voir le film !).

Vous l'aurez compris, Nicky Larson est avant tout une comédie déjantée avant d'être une adaptation fidèle de Nicky Larson et c'est plutôt une bonne chose non ? Si vous n'aimez pas l'humour de la bande à Lacheau ou de manière plus générale les films comiques qui vont un peu loin, ne sont pas politiquement corrects et n'hésitent pas à être un peu "gras", ce n'est même pas la peine d'aller voir ce film sauf pour confirmer que vous n'aimez pas le genre (donc aucun intérêt). Fans de la saga des Y-a-t-il... ? ou des comédies des frères Farrelly, vous pouvez y aller sans crainte ;)

Des seconds rôles marquants et des premiers rôles à la hauteur

La relation Nicky/Laura est un des éléments les plus importants dans l'oeuvre d'origine. On sait qu'ils sont amoureux mais ils ne se l'avouent pas, surtout pas Nicky qui est tout le temps en train de reluquer d'autres femmes. Laura est plus un "pote" pour lui. De ce côté-là, le duo Philippe Lacheau/Elodie Fontan fonctionne très bien.

Mais Nicky et Laura ne sont pas les seuls à se partager l'affiche. Bon nombre de personnages dits "secondaires" font leur apparition tout au long du film. Le personnage interprété par Tarik Boudali est hilarant et va venir rajouter une touche d'humour supplémentaire tout au long du film, jusqu'à la toute fin ! Julien Arruti est également parfait dans son rôle de père de famille aux expressions d'un autre temps. Mais que dire de la lunaire Chantal Ladesou qui incarne une grand-mère pas comme les autres... Je ne vais pas vous faire toute la liste car elle est longue mais chacun apporte sa contribution à l'oeuvre.

Ben ouais j'ai aimé et je l'assume !

Au risque de me faire pourrir par la communauté de "connaisseurs" (qui ont vu ou non ce film d'ailleurs !), je n'ai pas honte de dire que j'ai passé un très bon moment en regardant ce film. C'est une comédie et on rigole tout le long tout en étant abreuvés de références multiples qui rajoutent du charme et de la nostalgie... que demander de plus ? Comme l'humour est quelque chose de très subjectif à mon sens, ma critique l'est tout autant mais peu importe.

En bref

Une comédie qui va sûrement injustement faire un flop côté "critiques pro" (comme la grande majorité des comédies à vrai dire) mais qui devrait faire un peu plus l'unanimité auprès des spectateurs qui ont connu Nicky Larson à l'époque et auprès de ceux qui sont fans de City Hunter sans pour autant nier l'origine de leur passion. Mission accomplie pour la bande à Fifi, bravo.

8
Positif

Les nombreuses références

Les éléments principaux de l'esprit Nicky Larson/City Hunter sont là quoiqu'on en dise

Les seconds rôles marquants

La réalisation très bien travaillée

Negatif

Certains gags marchent moins que d'autres, surtout au début du film

Parfois on oublie qu'on est dans le monde de Nicky Larson

Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (625)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 6 1 Commenter !
Autres critiques de Nicky Larson et le parfum de Cupidon
Boutique en ligne
9,99€
Boutique en ligne
9,99€
Boutique en ligne
9,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (5)
  • Kdke
    Membre

    Merci pour cette analyse qui correspond en tout point à la mienne !
    Je partais également avec de (très gros) a priori sur ce film. Grand fan du manga, j'étais persuadé qu'il était impossible de l'adapter sans tomber dans le navet, et ainsi rejoindre la longue liste des adaptations françaises de bd massacrantes (Boule et Bill, Lagaffe, ...)
    Sauf qu'en fait.. ba non !
    Et c'est bien le manga City Hunter que Philippe Lacheau a mis en image, et non l'animé Nicky Larson : on retrouve un Nicky (même si j'aurai aimé qu'il se soit appelé Ryo ici) totalement obsédé, et diablement efficace dans les scènes d'action. Tous les éléments du manga y sont : la dualité Ryo/Umibozu (Nicky/Mammouth), l'amour non dit entre Ryo/Kaori (nicky/Laura), le XYZ à la gare, l'appart de Ryo, sa voiture, et même l'oiseau qui passe pendant les moments "gênants".
    Philippe Lacheau a réussi un subtil mélange Nicky Larson (avec les multiples références au club do), City Hunter, et l'humour de "la bande à fifi". C'était risqué de faire cette concoction, car mal dosée, il aurait pu aller droit dans le mur et frustrer les adorateurs de chaque partie.
    Donc, merci Philippe d'avoir respecté l'oeuvre de Tsukasa Hojo.
    Je souhaite même que tu poursuives le défi, en concoctant une suite, avec une petite apparition de Rui, Ai, Hitomi et le rat !

  • Skeet
    Staff

    Pour être clair, je n'ai pas du tout jugé le côté "adaptation" et j'avoue que la plupart du temps j'oubliais même qu'on était censés être dans le monde de City Hunter. Je pense que Philippe Lacheau s'est surtout fait plaisir et que le thème du film était une excuse pour faire ce qu'il sait faire mais dans un univers qu'il apprécie.
    Après c'est clair que moi aussi, j'aime City Hunter et non Nicky Larson à l'heure actuelle ;)

  • eenangel
    Membre

    Je suis d'accord avec le faite que la majorité des personnes de la génération Club Do ont connu CH ou plutôt Nicky Larson via son adaptation animé au Club Do et comme beaucoup j'étais fan de cet animé mais je ne connaissais que ça. Si on me demande aujourd'hui si j'aime Nicky Larson mais réponse est non par contre je suis toujours aussi fan de l'animé City Hunter VO non censuré et bien plus encore du mangas. Les "je vais te faire bobo" ou "tu va te prendre une bulette" merci mais non merci xD.
    Après le terme adaptation c'est assez vague quand même, il fait un film policier/comique, appelle le héro Nicky Larson, obtient les droit de 3 ou 4 chansons originales et hop c'est une adaptation...
    Du coup je ne pense pas que ce film soit fait pour moi étant donné que c'est une adaptation de Nicky Club Do et je ne suis pas fan de son humour mais j'avoue être intrigué par le nombre de retour positif sur ce film.
    Et sinon les goûts et les couleurs comme ont dit xD. Aucunes raison de lyncher.

  • Skeet
    Staff

    Merci pour ton commentaire ;)

  • KssioP
    Staff

    Merci pour la critique objective du film. Tu as aimé mais tu précises bien que si d'avance on aime pas l'humour de Philippe Lacheau, ses gags un peu lourds et faciles, c'est clairement pas pour nous. Alors du coup, ça me dérange pas XD et je ne te lyncherai pas. Tes arguments tiennent la route^^