7

Critique de Captain Marvel #1967

par Le Doc le jeu. 28 févr. 2019 Staff

Rédiger une critique
La Naissance d'un Héros !

Lorsque Martin Goodman, le big boss de Marvel, demande en 1967 à Stan Lee de créer un nouveau héros appelé Captain Marvel (afin de garder la propriété d'un nom qui n'était alors plus utilisé, celui du Captain Marvel de Fawcett Comics), le regretté scénariste profite de l'occasion pour développer une histoire débutée quelques mois plus tôt dans un diptyque des 4 Fantastiques (#64 et 65). Son Captain Marvel est très différent du surhomme à la Superman qui évoluait dans un univers bon enfant. Et le Mar-Vell des débuts ne ressemble pas vraiment à celui qu'il deviendra par la suite car le personnage a beaucoup évolué tout au long des premières années de son parcours éditorial.

Apparu pour la première fois dans le numéro 12 de la revue Marvel Super-Heroes, jusque là uniquement composée de rééditions, Mar-Vell est un capitaine de l'armée Kree envoyé sur Terre en tant qu'espion pour enquêter sur les avancées technologiques des humains suite à la destruction de l'une de leurs sentinelles et à la défaite de Ronan l'accusateur face aux 4 Fantastiques. Stan Lee s'est chargé du premier épisode qui sert principalement d'exposition : en à peine quelques pages, Stan établit la situation tendue qui règne dans le vaisseau Kree et qui sera l'un des moteurs de la première quinzaine d'épisodes. Le colonel Yon-Rogg déteste Mar-Vell, il lui envie son statut de héros au sein de l'armée Kree et il aime le docteur Una, qui n'a d'yeux que pour Mar-Vell. Yon-Rogg va alors dévouer son temps à tenter de discréditer et de tuer Mar-Vell. Cette entame présente aussi quelques éléments qui seront aussi utiles que contraignants par la suite, comme le fait que Mar-Vell doit prendre une potion qui lui permet de respirer dans l'atmosphère terrestre et que tous ses faits et gestes sont surveillés par un bracelet implanté sur son poignet.

Stan Lee quitte rapidement le titre pour être remplacé par son protégé Roy Thomas dès l'épisode suivant, Marvel Super-Heroes #13 qui fait revenir la fameuse Sentinelle de Fantastic Four #64. Roy Thomas ne perd pas de temps et livre une première saga dense, en donnant à Mar-Vell une identité humaine, celle de Walter Lawson, un savant décédé, ce qui va lui permettre d'infiltrer Cap Canaveral; en créant Carol Danvers, qui était alors chef de la sécurité des années avant de devenir une super-héroïne (et la dernière Captain Marvel en date, dont le premier film sort au cinéma dans quelques jours) et en plantant les premières graines de la dualité du héros. Car s'il se déclare dans un premier temps fidèle à l'Empire Kree, Mar-Vell (qui prend vite le nom de Captain Marvel lorsqu'il entre en action) va finir par s'attacher à la Terre et va tout faire pour mettre des batons dans les rouages des plans de Yon-Rogg. 

Au bout de deux épisodes, Captain Marvel obtient sa propre série (qui reprend sans souffler là où Marvel Super Heroes #13 s'était arrêté) et les premiers chapitres sont les plus intéressants. Yon-Rogg maintient la pression sur Mar-Vell, les rebondissements ne manquent pas et l'action est soutenue. À la partie graphique, on retrouve Gene Colan (Daredevil), qui n'est hélas pas très bien servi par l'encrage (ce qui n'est guère étonnant avec des noms comme Paul Reinman et Vince Colletta). Crédité comme co-créateur de Captain Marvel, Gene Colan a avoué que son degré d'implication était très limité (il n'a eu par exemple rien à voir avec le design d'un costume qu'il détestait) et comme Roy Thomas, le dessinateur a quitté la série après le quatrième épisode.

Le troisième scénariste (en quelques mois) de Captain Marvel fut Arnold Drake (connu notamment pour ses Doom Patrol chez la Distinguée Concurrence), présent sur les #5 à 12 au sommaire de cette première Intégrale. Une prestation irrégulière (avec des dessins faiblards) : des ennemis grotesques comme le Métazoïde, Solam et le Numéro Un ne sont guère mémorables...mais le conflit avec les Aakon, une autre race extraterrestre, amène un bon élément dramatique à la tournure prise par les événements dans les #10 et 11. L'épisode 11 marque une première volonté de changer Mar-Vell, ce qui passe, entre autres, par une modification de ses pouvoirs. Mais le numéro qui suit, resté jusque là inédit en France, est tout de même très, très moyen, avec encore une fois un adversaire oubliable...



En bref

Ce n'était pas le premier changement qu'allait subir Captain Marvel tout au long d'une première partie de carrière mouvementée. Le meilleur était encore à venir...mais ceci est une autre histoire...

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (431)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Captain Marvel
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Laissez un commentaire