7

Critique de Batman Poche #36

par Le Doc le jeu. 14 mars 2019 Staff

Rédiger une critique
C'est une trappe !

Disparu prématurément en 1984 à l'âge de 49 ans, le dessinateur Don Newton a passé la plus grande partie de sa carrière chez DC Comics après des débuts chez Charlton Comics (où il a notamment illustré les aventures du Fantôme du Bengale). D'après les éléments de sa biographie, Don Newton a toujours voulu dessiner pour Marvel mais les conditions n'ont jamais été réunies pour qu'il s'installe durablement à la Maison des Idées où sa participation s'est limitée à des couvertures, de l'encrage et peu d'épisodes complets (un Avenger par-ci, un Giant-Size Defenders par-là).

Don Newton fut donc principalement un dessinateur de DC, où il a travaillé sur de nombreux personnages (Aquaman, les New Gods, Green Lantern...) et surtout Batman et Shazam, deux familles de super-héros aux ambiances très différentes et qu'il a marquées de son empreinte.Je n'ai jamais lu ses Captain Marvel (juste survolé quelques planches). Par contre, j'ai pu lire certains de ses Batman, mais pas dans une édition idéale, loin de là.

En effet, comme je l'ai déjà souligné dans d'autres chroniques, les Batman Poche de Sagédition ont leur part de défauts...et c'est bien pour cela que je n'en ai pas beaucoup dans ma collection. Le passage de la couleur au noir & blanc toutes les deux pages, la traduction plus qu'approximative, jusqu'à changer carrément le sens du phrase (j'ai fait une petite comparaison avec une page V.O. et ça fait mal)...ça ne donne pas une lecture très fluide. Mais au moins, ça donne envie de découvrir un peu plus cette période. Il y a deux Detective Comics au sommaire du #36 de Batman Poche, les #488 et 491 et ils sont tous deux dessinés par Don Newton. J'aime beaucoup son Batman : silhouette athlétique, scènes d'action très énergiques et utilisation bien pensée des ombres. Les deux histoires, écrites par Cary Burkett et Denny O'Neill ont un suspense bien ficelé et se suffisent à elle-même, ce qui n'était pas toujours le cas et occasionnait des mauvaises surprises aux lecteurs de l'époque lorsque des récits à suivre étaient fréquemment publiées dans le désordre.

En complément, on trouve deux back-up mettant en vedette Batgirl et Robin. À l'époque, les autres membres de la Bat-Family vivaient leurs propres aventures dans ces historiettes de 8 pages qui réussissaient à allier développement de personnages et action dans le peu de place allouée. Et c'est plutôt bien fait et divertissant. Mais là encore, quelle traduction ! Pour prendre juste un petit exemple, dans l'épisode de Robin, qui est tombé dans un piège du Pingouin (une cage à oiseau géante), "This thing has me trapped...but how could it be a deathtrap ?" a été traduit par "C'est une trappe...mais sera-t-elle fatale ?" ! 

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (431)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Batman Poche
Laissez un commentaire