6

Critique de Le parfum sucré du désir

par Pois0n le jeu. 11 avril 2019 Staff

Rédiger une critique
Oh les filles, oh les filles...

Après la double sortie du mois de Janvier avec l'excellent – mais très dur – « Métamorphose » et le plus léger « Love Contest », les éditions NihoNiba nous gratifient en ce joli mois d'Avril d'un unique volume, cette fois-ci recueil d'histoires courtes, le premier ouvrage professionnel de son auteur, Adumaren.

Même si l'on ne lit généralement pas un hentai pour son histoire, on se doute qu'avec dix récits en 220 pages, s'il sera bien question de profondeur, celle-ci ne sera pas scénaristique ! A l'opposé total d'un Métamorphose dont le point fort était justement le scénario, ici, l'on a à peine le temps de se familiariser avec les personnages, voire parfois même pas du tout – comme dans celle qui ouvre le recueil avec pas moins de quatre très belles pages couleur qui nous jettent directement dans le feu de l'action.

« Le parfum sucré du désir » est donc une usine à fantasmes, avec l'employée de bureau coquine, la colocataire secrètement amoureuse, la girl next door, l'amie d'enfance, la soubrette, la sportive... Il y en a pour tous les goûts ou presque et l'auteur ne s'est parfois même pas embêté à planter le contexte : ici, ce qu'on plante, c'est plutôt autre chose... ;) En tout au plus quelques cases, hop ! les protagonistes passent aux choses sérieuses.

Aucune des filles ne ressemble à une autre, tant au niveau du caractère que du look. Que vous aimiez les blondes, les brunes, les cheveux longs, courts, les lunettes, les petits ou les gros seins, les tsundere, les timides, les espiègles, il y en a forcément une qui vous fera craquer. D'autant qu'Adumaren a un très bon coup de crayon. Qu'il s'agisse de la coiffure de l'inconnue dans « le langage du corps », des plis des vêtements des maids dans « Un motif sucré », de l'expressivité des visages ou des divers liquides, son souci du détail transparaît à toutes les cases ou presque.

En revanche, à côté de toute cette variété, on notera une certaine redondance, que ce soit dans les positions ou les situations, hormis peut-être les références à la peinture dans « Le pinceau ne fait pas l'artiste » qui apporte un peu d'humour et de fraîcheur. Plus dérangeant, le consentement semble aux oubliettes pour une bonne partie des personnages, aussi bien masculins que féminins ; le pire restant la harceleuse de « Un amour forcé » (dont le titre parle de lui-même). A côté de ça, la chipie de « Attention aux coups de chaleur » qui sait très bien ce qu'elle veut ou la naissance de petits couples presque mignons dans « Les non-dits » et « Non-stop ! » sortent naturellement du lot. Mis à part ça, on reste tout de même dans un ouvrage plutôt soft, tant sur le plan visuel que les situations, même si pas autant que dans un « Lingerie Panic », paru dans feu la collection « hentai sans interdits ».

Que dire, donc ? Si certaines histoires auraient indéniablement gagné à être plus développées, « Le parfum sucré du désir » fait le job, à savoir vider la tête... et/ou autre chose. Si, en lui-même, le recueil ne restera pas dans les annales (non, aucun jeu de mots, n'ayez pas l'esprit tordu x) ), il faut avouer qu'on n'a plus grand-chose d'un tant soit peu qualitatif à se mettre sous la dent depuis les dernières sorties de la collection précitée (parce que, soyons honnêtes, malgré quelques pépites il y a plus de bof que de whaou ! dans l'abonnement de la concurrence...). Donc, si vous voulez du sexe rapide et sans prise de tête, ce one-shot vous plaira à coup sûr. En revanche, si les histoires vraiment courtes ne sont pas votre tasse de thé, mieux vaut sans doute attendre les futures sorties de l'éditeur.

En bref

Un recueil dont les points forts sont indéniablement ses héroïnes et le trait de son auteur. En revanche, avec des histoires aussi courtes, on passe simplement d'une scène de sexe à l'autre.

6
Positif

Les filles, vraiment toutes différentes

Les relations entre certains persos, plus développées que d'autres

Des dessins réellement travaillés

Negatif

Certaines histoires sont franchement trop courtes

Le consentement (ou son absence) souvent ignoré

Un relatif manque de variété dans les scènes de sexe

Pois0n Suivre Pois0n Toutes ses critiques (235)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Le parfum sucré du désir
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Laissez un commentaire