Le manga est semi-autobiographique, il est intéressant et pour une fois traite d'un sujet peu commun : la déscolarisation d'un élève au Japon avec les difficultés et conséquences qui en découlent. Nous suivons donc le morne quotidien et l'enfer personnel.
d'un jeune élève de 6 ans.

Notre jeune protagoniste a été giflé par 2 fois lors de sa première année de primaire. Sanction qui n'est pas justifiée, car il voulait seulement des explications sur une consigne qu'il ne comprenait pas. Son traumatisme a commencé par ce triste événement et depuis il souffre de phobie scolaire. Malgré de nombreuses tentatives pour réintégrer le système scolaire, il a des problèmes d'intégration et lorsqu'il reprend les cours il devient le souffre douleur de ses camarades qui se moquent ouvertement de lui et le considère comme inférieur. Il reste aussi le dernier de sa classe sur le plan scolaire et quelque soit ses efforts pour étudier et rattraper son retard. Parallèlement Masatomo a développé sa passion du dessin (il s’exerce à recopier les planches du manga de dragon Ball), son talent va alors le sauver et lui ouvrir de nouvelles perspectives d'avenir.

Le titre est plus long que certains one shot plus classiques (c'est un tome assez épais). Le tout est très réaliste : nous ressentons les émotions du jeune garçon : sa solitude, ses frustrations, ses rêves, ses angoisses,ses joies, ses peines, ses espoirs,etc. Et son combat personnel (contre lui même et contre le système qui le broie). Au fil des pages et avec l'âge il y a une certaine évolution dans sa façon de voir les choses, de réfléchir. Sa rencontre avec son idole Akira Toriyama va le bouleverser.

Les dessins sont bons, après j'ai trouvé mieux . En effet les traits des personnages ne sont pas très recherchés, ou détaillés. Je pense qu'il y a eu une certaine volonté de rester dans la simplicité et l' univers enfantin pour décrire ce jeune enfant déscolarisé - par contre les reproductions de dragon Ball sont très réussies, en même temps que Masatomo grandit le trait devient plus sure et net dans les reproductions .

Le scenario est touchant, nous suivons l'impuissance des parents face à cette déscolarisation, le monde cruel des enfants (entre eux ils ne se font pas de cadeaux). L'auteur dénonce cet aspect assez méconnu et souvent passé sous silence. Une histoire humaine qui se lit vite, notre mangaka va s'en sortir grâce à son talent mais malheureusement se n'est pas le lot de tous les enfants ayant subit ce type de situation et de parcours atypique.

Le petit bonus avec l'interview d' Akira Toriyama est intéressant : après sur le plan humain c' est un homme assez associable qui ne s'intéresse pas réellement aux autres. Il a accepté de voir l'enfant uniquement parce que sa mère était une ancienne camarade de classe et non pas pour réaliser le rêve d'un enfant en difficulté... Il n'a découvert que le passé du héro en lisant ce manga or il rencontrait le jeune mangaka régulièrement et ce depuis les 12 /13 ans de l'enfant. Toriyama connaissait parfaitement son statut d'enfant déscolarisé sans jamais chercher plus loin (je pensais qu’il aurait pu plus se pencher sur son cas et chercher à le comprendre mais non...). Bref son comportement m'a déçue, après cela n'enlève en rien à son génie, mais je n'apprécie pas son côté humain trop froid. Je vous laisse juger. A noter ce dernier point ne rentre en aucun cas dans ma notation, je n'en tiens pas compte.

Un manga tout public !

En bref

8
geishasayuri Suivre geishasayuri Toutes ses critiques (1034)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Sans aller à l'école, je suis devenu mangaka
Boutique en ligne
9,55€
Boutique en ligne
9,55€
Boutique en ligne
9,55€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)