8

Critique de Holmes (1854/1891?) #5

par vedge le mer. 13 nov. 2019 Staff

Rédiger une critique
Machiavélique

Il y a du Holmes dans Brunschwig dans sa façon précise, quasi chirurgicale de plonger dans les tréfonds des caractères de ses personnages, pour leur donner une densité peu commune ; Dans la façon d’amener le lecteur, surement, s’en qu’il s’en doute, de révélation en révélation, vers une réinterprétation du personnage, du roman policier vers une intrigue politique et sociale.

Je viens de relire les cinq tomes à la suite ; On est passé d’un mystère familial à un complot international. Dire que je l’ai vu venir serait mentir.

Un scénario extrêmement maîtrisé, à l’évolution surprenante donc, magnifié par le dessin de Cécil.

Il alterne le temps présent du récit dans mille tons de gris et un dessin d’une extrême précision, parfois de dureté, avec des flashbacks sépia, photos jaunies d’un temps jadis aux tons et aux traits plus doux.

Une fois de plus Brunschwig a pris un personnage connu, largement réinterprété, pour le plonger dans son monde.

Celui où le milieu familial laisse son empreinte indélébile ; Celui où la marche du monde ne peut être regardée sans en décortiquer les rouages glauques, les dérives amorales, où la fin ne justifie pas tous les moyens.

On peut dire désormais qu’il y a du Brunschwig dans Holmes.

En bref

Cinquième tome d’une série saisissante, Holmes revisite le personnage de l’intérieur, à rebours, de sa disparition à l’enfance, pour en donner une interprétation forte politique et familiale.

8
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2284)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Holmes (1854/1891?)
Boutique en ligne
13,50€
Boutique en ligne
13,50€
Boutique en ligne
13,50€
Boutique en ligne
13,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)