5

Critique de Punisher #8

par ScoobyDam le sam. 30 nov. 2019 Staff

Rédiger une critique
50/50

Grand amateur du Punisher, j’ai été plutôt déçu par ce volume.
Nous avons ici une édition Marvel Deluxe présentant 2 histoires:

        • Girls in white dresses par Hurwitz et Campbell
        • Six hours to kill par Swierczynski et Lacombe

    Les 2 histoires sont bien différentes tant dans l’écriture que dans le dessin.


    J’ai largement préféré la première. Le dessin sombre de Campbell apporte une ambiance très noire à l’histoire d’Hurwitz. Des jeunes filles se font kidnapper et tuer dans un village mexicain. Les habitants inquiets ont entendu parler du Punisher et réunissent toutes leurs économies pour se payer ses services. Celui-ci refuse, puis finalement s’exécute (avant d’exécuter les autres). C’est une histoire très chouette avec un dessin brut, brutal et fortement intéressant, dans laquelle on retrouve un Punisher abîmé par les années et la perte, toujours aussi traumatisante, de sa famille.


    La seconde histoire m’a réellement déçue. C’est pourtant celle-ci qui donne le titre à l’album, donc je me demande si je n’ai pas raté quelque chose. Le Punisher tombe dans un piège dans lequel il se retrouve victime d’un “gang” qui lui injecte un poison pour qu’il fasse leur volonté. En effet, ils le menacent de ne pas lui donner l’antidote s’il n’obéit pas à leur ordre: tuer un avocat véreux. Nous suivons donc notre héros dans une course contre le temps, le poison le tuant 6 heures après l’injection. Frank profite de ces dernières heures pour purifier la ville des plus grosses ordures sans se soucier de ses ravisseurs. Avec un pitch pareil, on aurait pu penser avoir un récit explosif, avec un Punisher surhumain se battant contre les effet du produit qu’on lui a injecté mais ce n’est qu’une petite partie du scénario et je trouve ça dommage. Je n’ai pas du tout accroché au dessin de Lacombe, trop dans le réalisme et avec des poses très étranges dans certaines scènes d’action. La colorisation trop ombrée donne un effet de 3D peu appréciable mais n’oublions pas que la première édition date de 2004.


    Je n’ai pas du tout apprécié les couvertures de Johnson de par son style particulier. La couverture choisie par Panini ne donne pas vraiment envie d’acheter le volume, alors qu’il y en a quelques autres qui auraient été pu agréables.


    Aucune réelle innovation dans la violence pour cet album, ce qui est assez décevant.


    Pour ma note, je fais une moyenne de 6 pour la première et 4 pour la seconde, ce qui nous amène à 5 pour le recueil.


En bref

Un recueil de 2 récits qui ne fait pas réellement avancer l’histoire. On retrouve un Punisher vieillissant et fragilisé par les années mais qui n’est clairement pas aussi bien exploité que dans l’arc de Jason Aaron (peut-être aussi parce que les scénaristes ne sont pas restés aussi longtemps). La première histoire m’a paru meilleure que la seconde, pour le dessin et le scénario.

5
Positif

Le duo Hurwitz - Campbell plutôt efficace

Les sujets abordés dans le premier récit

L’idée de base de Swierczynski

Negatif

Les dessins de Lacombe

L’idée de base pas assez exploitée dans le scénario de Swierczynski

La couverture

Le prix de l’album

ScoobyDam Suivre ScoobyDam Toutes ses critiques (14)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Punisher
3
Punisher T.1

Punisher T.1 Staff

Lire la critique de Punisher T.1

Boutique en ligne
30,00€
Boutique en ligne
30,00€
Boutique en ligne
30,00€
Boutique en ligne
30,00€
Laissez un commentaire