8

Critique de Berserk #8

par Tampopo24 le mer. 11 déc. 2019 Staff

Rédiger une critique
Prendre son envol

Kentaro Miura calme le jeu dans ce tome pour nous plonger un peu plus dans les états d'âme des héros mais ce n'en est pas plus mal, ça permet de faire lentement monter la tension avant cette fameuse Occultation.

Griffith a enfin obtenu une bonne partie de ce qu'il voulait, du moins c'est ce que tout le monde pense. Après un dernier duel surprenant et dantesque entre Guts et le Général de l'armée adverse, il a remporté la bataille dont il avait besoin. Il dont temps de passer à une autre phase de son plan. C'est assez inattendu de voir nos chers mercenaires en beaux habits à la cour pour frayer avec les nobles et recevoir leur récompense. Ce n'est clairement pas un développement qui m'intéresse même si je pense qu'il sera nécessaire pour la suite.

J'ai cependant trouvé très bon la façon dont le mangaka amenait les différents désirs des uns et des autres après tout ce temps passer à se battre. Les uns aspirent à la paix, les autres ne savent pas trop quoi faire. Certains s'interrogent aussi sur leurs sentiments, ceux qui les leur ont inspiré et pourquoi, et certaines réponses sont surprenantes. J'ai ainsi découvert un tout autre Guts par rapport au tout début de la série. Je le trouve vraiment très touchant. Il est jeune, il a aimé, été aimé et est un peu désoeuvré maintenant. Son dernier duel avec Griffith boucle superbement le pan de sa vie ouvert 3 ans plus tôt. J'en suis ressortie très émue. La mise en scène de Miura était d'ailleurs d'une sobre efficacité.

Dernier point dont je souhaitais parler ici, ce sont les autres membres de la Compagnie du Faucon. Ils m'ont eux aussi beaucoup touchée de part leur profonde amitié pour Guts. Ce sont tous des pauvres bougres que la vie a réuni sous la bannière de Griffith mais ils ont été touché par la rudesse maladroite de Guts et ont su l'apprécier à sa juste valeur. Ils nous livrent ici de très belles scènes, très émouvantes. Et je ne parle pas de Casca dont l'évolution m'a beaucoup plu, notamment grâce à la relation subtile qui se noue entre Guts et elle. J'aime beaucoup ce personnage féminin !

En bref

Un nouveau tome fondateur pour les personnages de Guts, Griffith et Casca. Miura est vraiment un conteur né. Atteindre son but n'est pas toujours la fin de tout et il nous le démontre de façon bien cruelle. On pleure d'avance pour les personnages.

8
Positif

Un duel surprenant de Guts avec le Général adverse

Des belles introspections

Un Guts très émouvant

Une confrontation au sommet avec Griffith

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (208)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Berserk
9
Berserk T.23

Berserk T.23 Staff

Lire la critique de Berserk T.23

10
Berserk

Berserk

Lire la critique de Berserk

Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)