8

Critique de Beastars #3

par KssioP le ven. 14 févr. 2020 Staff

Rédiger une critique
La bourse pour quelques doigts

Notre jeune loup gris est déboussolé depuis son éclat « sauvage » sur scène. Il mâche ses questions en s’isolant, lui-même un peu terrifié par sa réaction. Les regards autour de lui continuent de lui peser, lui si grand et si impressionnant avec ses dents, tente au mieux de se faire le plus minuscule possible. Heureusement, il a un bon ami qui va lui suggérer à l’oreille le pourquoi du comment. Sauf qu’au lieu de le rassurer, il chavire tout à l’envers plus perdu qu’auparavant.

Haru, de son côté reste une énigme pour nous. Ses trous de mémoires, sa timidité diurne, son sex-appeal nocturne, on ne sait guère sur quel pied danser et on plaint d’avance Legoshi. On dit que les contraires s’attirent certes, mais à quel point. Sans oublier que dans leur cas, c’est carrément une opposition de régime alimentaire.

Une fois de plus ce tome met l’accent sur l’instinct primaire qui sommeille en chacun de nous. Cet instinct qui contrôle notre corps au-delà de notre raison. Sommes-nous condamnés à y céder de quelque manière que ce soit, ou pouvons-nous à force d’efforts torturants réserver ses canines pour manger de l’herbe uniquement

Ce monde d’animaux semble très compliqué à vivre, tout le monde est en permanence sur le qui-vive. Méfiance alentour, tous rasent les murs. Il y a un vrai combat psychologique au sein de l’école et même en dehors au vu de la petite visite extra-scolaire de quelques membres du club de Théâtre. D’ailleurs, le lecteur constate : cette école a des allures de tour d’argent dans les contes, là où on met les princesses pour les protéger des monstres de l’extérieur. Une jolie cage dorée qui édulcore la réalité. Legoshi, très agoraphobe sur les bords, va découvrir ce qui se cache derrière les belles apparences et finalement se faire face à nouveau pour voir ce qu’il est réellement.

Ce tome nous chamboule. L’autrice parvient à nous rendre empathique de Legoshi tout en nous rappelant combien ses dents sont pointues et meurtrières. On le soutient dans ses bonnes résolutions tout en reconnaissant que nous aurions nous-même bien du mal à rester seul avec lui un soir de pleine lune. De même, que la précision du détail dans le dessin nous met mal à l’aise. Voir une tête de poule sur un corps d’Homme, a un côté malsain. Je ne me sens jamais à l’aise durant ma lecture sans pour autant détourner mon regard. L’autrice pousse le lecteur dans le presque morbide mais le pire c’est que j’en redemande.

En bref

Un tome fort sombre et pernicieux. L’autrice ne craint pas de choquer son public et parle cash qu’il s’agisse de sexe ou de cannibalisme. Tout se retourne contre notre bon Legoshi et même s’il amène de par certaines de ses réflexions spontanées la poésie, on a du mal à imaginer une happy end. Âmes sensibles s’abstenir, certains passages à la fin du tome pourraient vous retourner l’estomac.

8
Positif

Pas de censure

Dichotomie constante entre instinct et raison

Personnages complexes.

Les bonus sous les jaquettes, très instructif.

Negatif

Décidément ces animaux-Hommes ne plairont pas à tout le monde

KssioP Suivre KssioP Toutes ses critiques (119)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Beastars
8
Beastars T.12

Beastars T.12 Staff

Lire la critique de Beastars T.12

Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)