7

Critique de Paracuellos #2

par vedge le lun. 2 mars 2020 Staff

Rédiger une critique
Réminiscences tragiques

Après nous avoir fait partager ses réminiscences d’enfance très dure dans un orphelinat sous Franco, l’auteur poursuit cette évocation, près de quinze ans plus tard.

Cette intégrale, qui regroupe les tomes 7 et 8, s’intéresse, comme le dit l’auteur, aux relations entre les orphelins et avec leur famille quand ils en ont en tout ou partie : mère, père, frères ou sœurs.

Le dessin en noir et blanc, dans une mise en page, certes classique, restitue le quotidien féroce de la société espagnole sous Franco et des enfants que les purges ont laissé orphelins.

En parallèle, il y a ces dialogues truculents d’enfants entre eux, qui recréent l’histoire avec leurs petites histoires, comprennent mal les envolés des grands et les réinvente pour se faire rire ou se faire peur.

Dans la veine de Gotlib, entre coup de crayon vigoureux à la limite de la caricature et vision déformée de la réalité par le filtre exagéré de l’enfance, Carlos Giménez invite le lecteur dans son monde et ne le lâche plus.

De manière simple, par quelques fonds noirs judicieusement posés, il donne du volume et de la densité aux cases.

Usant d’anecdotes d’enfants, il décrit une violence déshumanisée de la part des encadrants, soi-disant accompagnateurs et soignants de ces enfants.

Un coup de poing lui au moins figuré, pour rappeler une époque tragique et pas si lointaine sous forme d’humour un peu désabusé.

En bref

Réunion des deux tomes7 et 8 de la célèbre série sur l’enfance réelle de l’auteur, cette intégrale révèle le quotidien tragique des orphelins des purges de Franco. Elle permet aussi de prendre la mesure du travail graphique noir et blanc de l’auteur.

7
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2284)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 1 0 Commenter !
Boutique en ligne
23,90€
Boutique en ligne
23,90€
Boutique en ligne
23,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)