8

Critique de The Teijo Academy #1

par Niwo le mer. 1 avril 2020 Staff

Rédiger une critique
Elite de la nation

The Teijo Academy nous plonge dans un univers Omegaverse, un genre d'univers qui, pour ma part, me plaît beaucoup car il offre de nouvelles perspectives (notamment des couples homosexuels pouvant concevoir des enfants, les enjeux hiérarchiques etc...). Et comme à chaque fois, je ne me suis pas intéressé au scénario avant d'entamer ma lecture, pour que ce soit une totale découverte. On comprend, dès les premières pages, que nous avons ici un manga Omegaverse. Les éditions Boy's Love IDP ajoutent quelques pages en début de chaque tome Omegaverse qui stipule ce que cela signifie exactement. Un bon rappel pour ceux qui découvrent ce genre atypique et pour ceux qui en lisent rarement.

Harutaka est un lycéen Oméga alors que Nachi, son petit-ami, est descendant d'une famille d'hommes politiques influents depuis plusieurs générations. Leur séparation est imminente lorsque Nachi entre à l'académie Teijo et doit se concentrer sur son objectif. Harutaka décide de le suivre et s'inscrit dans cette école bien qu'il n'ait pas les mêmes ambitions que son ex-compagnon. Il se retrouve dans un monde élitiste qui le répugne, loin de ce qu'il aime. Il y a beaucoup à dire sur ce premier tome, et je ne m'attendais pas, à vrai dire, à ce que ce soit une telle surprise.

L'univers est, pour ce qu'on en voit, complet : On sait situer très vite qui est qui, la hiérarchie installée dans l'académie, les enjeux et les buts des différents personnages. On est loin du Yaoi de base sans réelles convictions qui se concentre uniquement sur la romance. Ici, pour l'instant, le scénario prime et l'évolution des personnages dans leur environnement est de mise. C'est ainsi que Harutaka s'impose dans cette académie de laquelle il n'attend pourtant pas grand chose. Une grande carrière ? Il n'en laisse rien paraître. Pourtant, c'est le premier à s'interposer pour aider les pauvres petits Omégas dénigrés par les grands alphas dominants.

A titre d'exemple, une grande partie du tome tourne sur l'importance du bal pour l'académie : Les troisième année doivent se trouver un cavalier de première année. Vous vous en douterez, les première année oméga de base ne pourront avoir accès aux « élitistes » qu'en donnant de leur personne. Et les autres devront se contenter des pires spécimens du manga, qui ne les respecteront même pas. Harutaka, tout au long du tome, tente de renverser la balance et faire comprendre à ses camarades qu'ils ne valent pas rien, et qu'ils ne doivent pas se laisser marcher dessus. Cet état d'esprit et force de caractère apporte beaucoup au manga, c'est en grande partie ce qui m'a plu dans The Teijo Academy : La prestance des personnages et leur développement.

Avec un environnement un peu à la In God's Arms, The Teijo est un manga étonnant de toute part. Il existe 4 étudiants appelés les 4L, qui sont l'élite de l'élite, au sommet de la hiérarchie et dont l'avenir est assuré. Ces 4 étudiants ont énormément d'admirateurs, et l'un d'eux s'intéresse au personnage principal, désormais séparé de son petit-ami mais toujours amoureux. Et tout ce qui va se passer entre eux, leur relation amicale, ambiguë ou non, est intrigant. On n'a aucune idée de l'évolution de la série, et c'est aussi ça qui me plaît beaucoup. Hâte de lire le tome 2 qui, à mon avis, ne sortira pas avant un bon moment vu la situation !

En bref

The Teijo Academy est un petit coup de coeur. Ce premier tome d'introduction nous plonge dans un univers complet et enrichi par un récit maîtrisé et captivant. Les personnages sont bien présentés et évoluent dans leur environnement de manière logique. Même le petit bonus a la fin du tome est appréciable et met en avant deux personnages qu'on devrait retrouver dans le tome 2.

8
Niwo Suivre Niwo Toutes ses critiques (287)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)