8

Critique de Transperceneige, extinctions #2

par vedge le mar. 2 juin 2020 Staff

Rédiger une critique
Course contre la montre

Cette série est impressionnante.

Par le scénario tout d’abord, qui, aujourd’hui, en fait plus un récit d’anticipation que de Science-fiction.

Des extrémistes écologistes et des protecteurs de Gaïa, la terre mère, s’unissent pour faire disparaitre l’humanité, par le truchement d’explosions de centrales nucléaires et le lancement de ballons sondes dispersant des nanoparticules dans l’atmosphère. Cela a pour effet d’amener une nouvelle ère glaciaire sur la terre en très peu de temps.

Les rares survivants devront leur salut au train roulant de manière ininterrompue à la surface de la planète : le transperceneige.

Pour l’heure, pour les survivants, munis de billets ou pas, l’objectif est de monter dans le train.

Je suis en outre impressionné par la densité des noirs dans ce tome 2.

Peinture plus que dessin, chaque case renvoie le froid glacial et la détresse des personnages dans un monde où l’environnement et les êtres sont revenus à l’état sauvage.

Peu de couleurs dans ce monde post apocalyptique, fait de vide et de froid.

C’est superbe, sur le fond et la forme et nous rappelle que nous ne sommes en rien à l’abri qu’un quelconque milliardaire illuminé s’auto-investisse de la mission divine de supprimer l’humanité pour sauver la planète.

En bref

La course contre la montre, le froid et la sauvagerie humaine est lancée pour permettre aux rares survivants de rejoindre le transperceneige. Un magnifique dessin aux couleurs sombres illustre un propos criant de réalisme, d’ailleurs, peut-être anticipatif.

8
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2215)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Transperceneige, extinctions
Boutique en ligne
11,38€
Boutique en ligne
11,38€
Boutique en ligne
11,38€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)