6

Critique de La main verte

par ginevra le mar. 16 juin 2020 Staff

Rédiger une critique
Une sombre vision du monde à éviter les jours de déprime

Je ne connaissais pas Nicole Claveloux et Edith Zha avant de lire cette réédition d'œuvres des années 1970 parues pour la plupart dans le magazine "Métal Hurlant".

Il a un côté surréaliste dans la plupart des histoires racontées dans ce recueil. Mais le point commun, à part l'oiseau et la femme, est la peur de vivre. Les deux protagonistes se quittent se retrouvent, rencontrent des gens plus ou moins étranges chacun de leur côté avant de se trouver enfin. Ces histoires sont très sombres et laissent un goût amer à la lecture.

La préface de cette réédition explique que le travail en couleurs directes avec un mélange d'encres, de gouaches et d'aérographie est difficile à rendre en quadrichromie. Au vu des pages publiées, les originaux devaient être de vrais tableaux à exposer dans des galeries d'art. Nicole Claveloux utilise énormément de couleurs froides dans ces histoires : des verts, des bleus et des mauves souvent glaçants. Même le jaune (quand il y en a) n'arrive pas à éclairer ces sombres visions.

Un album intéressant, justement récompensé à Angoulême, mais à ne pas lire par un jour de déprime.

En bref

Un album étonnant et surprenant par son contenu des années 1970. Mais la découverte de deux autrices mérite un petit effort de lecture.

6
Positif

graphismes et couleurs surprenants

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1831)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
23,50€
Boutique en ligne
23,50€
Boutique en ligne
23,50€
Boutique en ligne
23,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)