La main verte

Histoires courtes fantastique

Récit onirique d’un corbeau mélancolique et d’une jeune fille rêveuse, La main verte est paru pour la première fois dans le magazine Métal Hurlant en 1977 avant d’être édité l’année suivante aux Humanoïdes associés. Cette histoire fantasmagorique aux couleurs psychédéliques nous entraîne dans un univers surréaliste où les plantes parlent toutes seules et les maîtres d’hôtel font des mots croisés. Comme dans une suite de rêves, le récit est divisé en plusieurs épisodes qui s’entremêlent subtilement. On retrouve chez Claveloux l’influence de dessinateurs tels que Gustave Doré, l’illustrateur russe Rojankovsky ou encore le danois Kay Nielsen.
Le livre est complété par de nombreuses histoires courtes, pour la plupart parues dans le recueil Le petit Légume qui rêvait d’être une panthère et autres récits et dont certaines étaient restées jusqu’alors inédites. Scénarisés et illustrés par Nicole Claveloux, ces récits en noir et blanc au trait fin abondent de détails et de touches d’humour absurde. D’une grande richesse graphique, les dessins de Nicole Claveloux possèdent une force évocatrice intemporelle qui s’imprime immédiatement dans l’imaginaire des adultes comme des enfants.
De Topor à Mœbius en passant par Lewis Caroll, son œuvre convoque de nombreux croisements tout en possédant une énergie unique qu’il est temps de redécouvrir. Il s’agit du premier ouvrage de rééditions consacrées à l’œuvre de Nicole Claveloux en bande dessinée adulte.

La main verte
Note globale 6,00 1
Les experts 6,00 1
Membres - 0
Collection Envie Critique
Acheter
Les éditions Toutes les éditions
La main verte édition réédition
Terminée en 1 tomes

La main verte réédition

cornélius bd - Solange

Dernière critique tome du staff
La main verte 6

La main verte

Je ne connaissais pas Nicole Claveloux et Edith Zha avant de lire cette réédition d'œuvres des années 1970 parues pour la plupart dans le magazine "Métal Hurlant".Il a un côté surréaliste dans la plupart des histoires racontées dans ce recueil. Mais le point commun, à part l'oiseau et la femme, est la peur de vivre. Les deux protagonistes se quittent se retrouvent, rencontrent des gens plus ou moi...

Lire la critique de La main verte

Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Dernières activités des membres sur cette oeuvre
ginevra

Commentaires (0)
Laissez un commentaire