7

Critique de Hors-saison

par bulgroz le jeu. 2 juil. 2020 Staff

Rédiger une critique
Hors-saison

James Sturm, bien que ses ouvrages aient été publiés en France, est un auteur assez peu connu de ce côté de l’Atlantique. Pour ma part, je connaissais Le swing du golem (Le Seuil, 2002) sans me rappeler du nom de l’auteur. Ses autres ouvrages sont publiés en France par Delcourt depuis 2009, dans la collection Outsider.

Lauréat de deux Eisner (un premier pour Unstable Molecules, un récit réinterprétant la genèse des Quatre Fantastiques, puis un second pour Black Star), James Sturm est ce qu’on peut appeler un auteur reconnu. Mais au-delà de ses récits, il l’est pour son engagement en faveur de la bande-dessinée, de sa diffusion et de son enseignement.

En 2004, il co-fonde le Center for Cartoon Studies, la deuxième école étatsunienne exclusivement consacrée au neuvième art (la première étant celle des Kubert, entre autres). Sturm est alors appuyé par Scott McCloud , Will Eisner et Art Spiegelman. Excusez du peu.

Hors-saison, publié à l’origine en 2019, est un récit intimiste et personnel, mettant en scène des gens ordinaires confrontés à des problèmes ordinaires...

Bon. Dit comme ça, ce n’est pas super vendeur. Des auteurs expliquant leurs petits tracas quotidiens, il en existe des tonnes et nombre d’entre-eux feraient peut-être mieux de s’abstenir de penser que les récits de leurs états-d’âme ont un quelconque intérêt en dehors de celui, thérapeutique, consistant à exorciser par le papier ses pensées, ses peines etc.

Ici, ce n’est pas tout à fait le cas, dans la mesure où Hors-saison n’est pas un ouvrage autobiographique, déjà.
Le personnage principal, Mark, est ouvrier, il travaille dans le bâtiment. Lisa, sa femme, et lui viennent de se séparer, ils sont en instance de divorce et, comme souvent, entre les deux : les enfants sont ballotés entre l’un et l’autre.

En arrière-plan, l’élection étatsunienne de 2016. Mark Soutient Bernie Sanders tandis que Lisa est engagée activement dans la campagne d’Hillary Clinton.
Hors-saison est à la fois le récit d’un couple en train de se séparer et, métaphoriquement, celui de la rupture en cours dans le pays et qui conduira à l’élection de l’agent orange.

Du début à la fin, on suit le point de vue de Mark et malgré (ou grâce à) ses défauts, on s’attache progressivement au personnage. Il paraît continuellement subir les événements, que ceux-ci soient provoqués par les choix électoraux de ses concitoyens, par Lisa, ses enfants, son patron ou même la météo… Mark est une victime sur laquelle s’abat nombre de contrariétés ordinaires. Il ne choisit pas toujours de les régler de la bonne manière et se trouve emporté par le cours de sa propre vie sans donner l’impression d’avoir choisi la moindre orientation.

Il est extrêmement facile pour le lecteur de s’identifier à Mark. Ses tracas sont partagés par des millions de personne dans le monde… Néanmoins, James Sturm choisit habilement de représenter ses personnages avec des têtes d’animaux (des chiens, le plus souvent), créant ainsi un effet de distanciation (mais aussi d’universalisation) que je trouve vraiment bien vu.
Graphiquement Hors-saison est une réussite : le format à l’italienne (format encore trop peu répandu !) permet au lecteur d’avoir deux grandes cases par page, tout en nuances de gris, pour un ensemble très lisible.

Je craignais d’avoir affaire à une énième BD dans laquelle l’auteur nous ferait part de ses petits soucis, estimant que, conjugués à son talent de dessinateur, ils méritaient bien d’abattre quelques arbres pour les imprimer… Mais en réalité, James Sturm nous propose un récit plus fin que ça, plus complexe aussi, en donnant à voir en filigrane un pays fracturé. Une bonne surprise, donc.

En bref

Un récit très humain, mettant en parallèle les déboires de Mark, en pleine séparation, gérant comme il peut ses enfants, son travail et le reste de sa famille et l'élection de Trump...

7
Positif

Un récit fin et complexe

Un personnage principal attachant

Un format et des choix graphiques réussis

Negatif

Un prix bien trop élevé (25€) pour une lecture très rapide

bulgroz Suivre bulgroz Toutes ses critiques (76)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
24,95€
Boutique en ligne
24,95€
Boutique en ligne
24,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)