8

Critique de Radiant #1

par MassLunar le dim. 12 juil. 2020 Staff

Rédiger une critique
Rira bien qui radiant !

Cette lecture a été réalisé à l'occasion des 48h de la bd ce premier week-end de Juillet. Le premier volume de Radiant fait en effet partie des titres mangas à 2 euros pour la sélection de cette année à l'instar de Fire Force, Seven Deadly Sins et Arslan. Pour plus de commodités et plus de visibilité, j'ai choisi de ne pas faire ma critique sur l'édition des 48h, une édition qui propose une couverture alternative assortie à une absence de jaquette. Une édition plus "cartonnée " en somme. 

Forcément , je connaissais  Radiant de réputation en raison de ses origines françaises. C'est simple, Radiant, c'est a priori l'un des "franga" (quel vilain mot) de référence. On parlera davantage de global manga, expression que j'ai découvert à l'instant et qui se révèle plus aguicheur et plus ambitieux. Il faut dire que Tony Valente peut se sentir. Son manga qui devait paraître en trois tomes au départ , si j'en crois quelques vielles infos du net, compte aujourd'hui 13 volumes et a fait l'objet d'une adaptation en anime par un studio japonais. C'est pas beau ça ? Qu'on soit chauvin ou non, il faut tout de même saluer le joli parcours de ce titre dessiné par un français qui a su se faire une place à l'internationale. 

Quelles sont les clés de ce succès ? Peut-être est ce dû au fait que Tony Valente a plutôt réussi une bonne entrée en matière. Ce premier volume est clair, limpide tout en présentant efficacement son background. Un monde de fantasy aérienne avec un petit côté urbain dans lequel des parias tentent de bolosser du monstre à coups de sorts et de tatanes. C'est simple et efficace. Tony Valente maîtrise son trait et sans jouer la carte du pale reflet prend un certain soin à aiguiser son chara-design et ses décors. Alors, certes, c'est du shonen nekketsu avec certains mêmes codes comme la tête brûlée du héros ou la mentor autoritaire et sérieuse. Radiant ne révolutionne pas le shonen, loin de là, mais il demeure fort sympathique sans tomber dans la démesure. L'un des points forts de ce premier volume est de réussir une bonne entrée en fanfare avec action et humour. L'humour est sans doute le gros point fort de cette série. Tony Valente fait preuve d'un véritable tempo comique. Les répliques fusent avec un humour verbale assez réussie bourrée de répétitions et de malentendus. Pour un premier volume, l'auteur laisse place à de la légèreté même si on retrouve les habituels gros plans dramatiques qui étoffent bien évidemment l'intrigue et laissent présager la teneur dramatique d'un titre où les héros sont aussi des parias. 

Même si avec ce premier tome, nous sommes cantonnés à du classique shonen sous certains points, nul doute que Radiant offre un départ radieux. 




En bref

Convaincu par ce Radiant à l'occasion des 48h de la bd, ce premier volume classique mais bien maîtrisé nous laisse une bonne sensation à la fin de la lecture, notamment grâce à son tempo comique réussie qui témoigne de l'enthousiasme de Tony Valente.

8
Positif

Un shonen enthousiaste de par son graphisme et surtout son humour entre tatanes et répliques désopilantes.

Un bon chara-design pour un univers qui annonce de la variété.

Negatif

Malgré tout un shonen - nekketsu qui se complaît un peu trop dans les codes habituels du "jusqu'à devenir plus fort"( héros borné -bourrin- bêta, entrainement avec le sage de la vallée...)

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (77)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Radiant
10
Radiant

Radiant

Lire la critique de Radiant

Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Boutique en ligne
7,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)