Ou comment (re)vivre malgré tout

La lecture de Running Girl nous offre ces moments de légèreté et de joie de vivre qui font du bien, notamment lorsqu’on le lit suite à la lecture d’un tome d’En proie au silence par exemple. Le titre respire l’optimisme et en fait donc une lecture parfaite pour se détendre et repartir du bon pied (sans mauvais jeu de mots – je viens de m’en rendre compte en me relisant !)

On suit donc Rin, amputée d’une jambe, qui se découvre une passion pour la course grâce aux « lames » créées par Kazami. Et ses ambitions sont énormes, puisque bien que débutante, elle souhaite déjà participer à des compétitions, notamment pour que Kazami puisse poursuivre son travail sur ses prototypes. Ce que l’on pouvait considérer comme un défaut dans le premier volume est toujours présent, à savoir que tout est parfois « trop facile » pour Rin. Certes, elle ne va pas courir le 100m en 10s, ni gagner toutes les courses auxquelles elle va participer. Mais on retrouve dans le titre ce qu’on le retrouve dans les shônens d’aventure : une héroïne « hors-normes », pour qui tout ce qui peut être long et compliqué pour d’autres ne l’est pas pour elle. On perd donc sur le côté réaliste de la série. Ce qui ne veut pas dire pour autant que le titre ne possède pas d’intérêt.

Comme déjà abordé dans mon avis sur le premier tome, la grande force du titre est l’optimisme qui en émane. La petite Rin désespérée et amorphe du début de série n’est plus et désormais, plus rien ne lui semble impossible. En suivant les conseils de Kazami, elle va ainsi s’inscrire au club d’athlétisme de son école… avec des valides donc ! L’occasion pour Rin de nouer une profonde amitié avec Kei, coureuse hors pair mais jusqu’à présent trop individualiste. Sa rencontre avec Rin va la faire changer... Graphiquement, on reste sur l’impression du premier volume : les décors sont généralement absents pour mettre en avant les personnages et leurs émotions. Même si on aurait sans doute aimé plus de détails et un graphisme plus soigné, la copie reste très propre pour Narumi Shigematsu.

En bref

Running Girl, ma course vers les paralympiques fait partie de ces titres qui procure une sensation de bien-être et donne le sourire. Oui, ce n’est pas crédible tout le temps, sur un sujet qui le mériterait peut-être un peu plus. Mais alors que le prochain volume sera déjà le dernier, on ne peut qu’apprécier de pouvoir lire un titre aussi positif sur un sujet pourtant loin d’être joyeux. RDV le 17/09 pour le final !

7
Positif

L'optimisme du récit

La bonne humeur qui s'en dégage

Negatif

Trop facile pour l'héroïne

ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Running girl - Ma course vers les paralympiques
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Boutique en ligne
6,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)