6

Critique de Spawn - Renaissance #7

par Blackiruah le jeu. 24 sept. 2020 Staff

Rédiger une critique
Todd… Sacré Todd...

Mon histoire avec Todd McFarlane en tant que scénariste est… compliquée… Si je respecte en tout point les qualités graphiques de l’auteur, il n’en est rien avec son écriture qui n’en finit pas de me lasser. Régulièrement, il part d’une bonne idée puis délaye excessivement autour de cette dernière pour finir sur une conclusion brouillon et surtout… nulle.

Et pourtant, je ne sais pas pourquoi (enfin si mon petit côté “chercher un espoir partout”) mais je donne toujours une nouvelle “dernière chance” à Todd McFarlane qu’il parvient à attiser ma curiosité, ce qui est encore le cas dans cet énième nouveau cycle de Spawn.

Al Simmons est passé à une nouvelle étape et a déclaré la guerre en se révélant en tant que Spawn devant le monde entier. Comment ? Tout simplement en enlevant une figure publique devant les caméras et en se livrant à la justice quelques jours plus tard. Logiquement, les Etats Unis vont l’enfermer en prison tout en faisant son lot d’expérience.

Sauf qu’il est question de Spawn ici, Al Simmons avait en réalité un plan bien plus complexe qui va lui permettre de mettre la main sur la prison pour faire revivre d’anciens ennemis et lui permettre de mettre la pression sur ses ennemis pour retrouver les coupables de la mort de sa femme.

Si je mets de côté les passages des médias presse toujours gérés de manière catastrophique par Todd McFarlane, le reste du récit m’a vraiment intéressé. L’attitude d’Al Simmons qui va à contre courant de ce qu’il nous avait habitué est curieuse. Il va même se confronter à Donald Trump pour notre plus grand plaisir et l’auteur ressort des ennemis iconiques de la franchise qui ont également du mal à saisir les actes de Spawn. Et franchement, ça fonctionne bien : l’auteur épaissit son mystère à chaque acte quelque peu violent, tout en nous montrant qu’il a un cap et qu’il nous amène droit dedans… pour le 300ème épisode.

Pour accompagner cette ambiance glauque, nous retrouvons Jason Shawn Alexander toujours aussi excellent dans le style glauque et sombre. Il parvient à amplifier la violence de tout l’arc tout en gardant un côté froid qui permet d’amplifier le côté angoissant du plan d’Al Simmons.

Au final, c’est curieux et j’ai bel et bien envie de lire la suite. Donnons une nouvelle chance, en espérant ne pas être déçu (mais je reste méfiant…).

En bref

Ce Volume 7 confirme le tournant pris dans le précédent volume. Todd McFarlane nous surprend à travers ce nouveau plan mystérieux d’Al Simmons qu’il déploie petit à petit à travers des actes glauques qui attisent la curiosité sur la finalité de cet acte. Associé à d'excellentes illustrations, ce 7ème volume est plutôt intéressant si on met de côté la fixette de l’auteur sur les médias qui cassent complètement le rythme de lecture : affaire à suivre.

6
Positif

Un plan très curieux

Un Spawn innovant

Les dessins glauques de Jason Shawn Alexander

Negatif

Marre des médias de Todd McFarlane…

La crainte que tout ceci tombe à l’eau

Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (530)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Spawn - Renaissance
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)