7

Critique de Nosferatu #1

par MassLunar le mar. 17 nov. 2020 Staff

Rédiger une critique
Vampire Styyyle

Tu aimes les vampires ? Tu aimes les bonnes petites ambiances gothiques hard et sanguinolentes à souhaits? Tu aimes les rousses amnésiques armées d'une bonne épée ? Alors , sans doute, seras-tu séduit par ce premier tome de Nosferatu , petite série seinen édité par Soleil, dessinée et scénarisée par Shinjiro. Ce dernier a dessiné et écrit une série appelée Taboo Tatoo en 13 tomes et fut le dessinateur majeur de la série Fate/zero. 

Shinjiro  n'est pas un mangaka qui s'est fait très remarquer malgré ces précédentes publications. Taboo tatoo a notamment reçu des avis assez tièdes. Peut-être que Nosferatu le fera davantage reconnaître... ou pas. Car si le dessin de Shinjiro est très agréable dans un style gothique et agressif avec une pointe de délicatesse dans le cadre, force est de reconnaître qu'au niveau de l'histoire, Nosferatu est un peu bancal. Je suis ressorti un peu sceptique de la lecture de ce premier tome dont on suit la quête un peu brouillonne d'une jeune guerrière amnésique. Le départ était pourtant bien accrocheur avec une vrai curiosité autour de l'héroïne et de son amnésie mais la révélation sur la présence des Nosferatu est plutôt mal emmenée. La quête devient brouillonne avec un semblant de vengeance pas forcément légitime ou cohérent, le tout avec des péripéties et de multiples personnages qui apparaissent maladroitement. On regrette que Shinjiro ne soigne pas plus son intrigue en développant davantage l'amnésie et la quête individuelle de son personnage plutôt que de vouloir à tout prix trop en dire du premier coup. Le mangaka semble constamment hésiter entre action brute et développement de son histoire et du background. Un exemple que j'ai trouvé assez maladroit , c'est lorsque la jeune guerrière combat une espèce de chimère alors qu'un ennemi qui assiste au combat en arrière-plan lui exeplique dans un même temps  l'origine et la menace représentée par les Nosferatu. Au premier plan, nous avons la pure dynamique du combat qui s'accorde mal avec, en second plan, le discours. Plutôt que d'élaborer des planches plus posées et de tisser son histoire de manière claire et progressive, Shinjiro semble condenser le tout avec des scènes d'actions qui gâchent plus le rythme qu'autre chose. De même, les nombreux antagonistes possèdent  des motivations artificielles avec des actes de cruautés totalement gratuits. Au niveau du ton général, certaines planches jouent la carte du gore et du macabre ce qui est plutôt efficace  mais ces scènes sont aussitôt contredites par les réactions un peu balourdes de certains personnages. Ce premier volume aurait également mérité d'affirmer davantage sa noirceur plutôt que de jouer sur les réactions dérisoires de ces protagonistes. Il y a vraiment un sentiment de déséquilibre au niveau du ton employé et de l'histoire.

C'est dommage car au niveau du dessin, de l'atmosphère gothique qui se dégage de ce premier volet, Nosferatu possède un réel charme. Un charme qui envoutera aisément le public friand de ce genre de manga. Le dessin est assez soigné et oscille entre violence esthétique et raffinement des décors et du chara-design. Notons le soin éditorial apporté au livre par Soleil qui met en valeur le charme dark fantasy du titre avec une couverture élégante et gothique. 

En somme, c'est un charme qui aurait pu totalement nous envoûter si ce n'est cette plongée bancale dans une histoire qui semble avoir du mal, et ce dès ce premier tome, à trouver son point d'appui.

Toutefois, il serait regrettable au fond de bouder le plaisir de lecture à cause de cela. Il faudra voir l'ensemble de la série qui se résumé donc en quatre tomes pour voir si Nosferatu mérite d'être une bonne petite série de dark fantasy à ranger dans les rayons ténébreux de sa bibliothèque. Outre la qualité du dessin, on peut déjà ressentir le charisme de l'héroïne, son amitié touchante avec le jeune villageois et enfin la promesse de combats de qualité pour une série qui va vraisemblablement miser sur l'action et la décapitation en règles de démons et psychopathes. 

A la différence de certaines courtes séries, Nosferatu possède un véritable magnétisme graphique qui peut lui donner un goût de reviens-y mais il faudra attendre , bien évidemment, le second opus pour voir si Shinjiro nous entraînera vers une petite série de dark fantasy suffisamment stable pour nous régaler. 

En bref

Malgré son histoire un peu désarticulée, Nosferatu t.1 se rattrape par son style gothique tenue et agressif. Le charme est là, il ne reste plus qu' à combler ses fissures avec un scénario mieux construit et plus prenant.

7
Positif

Une bonne petite ambiance gothico-vampirique des familles avec un trait soignée, un bon jeu d'encrage et un chara-design réussi

Une héroïne fort sympathique entre bon cœur et force redoutable

Negatif

Une intrigue désarticulée et trop condensée qui nous laisse sceptique.

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (222)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Nosferatu
6
Nosferatu T.3

Nosferatu T.3 Staff

Lire la critique de Nosferatu T.3

6
Nosferatu T.2

Nosferatu T.2 Staff

Lire la critique de Nosferatu T.2

Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)