9

Critique de La geste des princes-démons #1

par MassLunar le jeu. 19 nov. 2020 Staff

Rédiger une critique
Dans l'espace, personne ne vous entendra enquêter...

C'est la tête encore dans les étoiles que je ressort de cette lecture fort agréable de ce premier tome de La Geste des Princes-Démons. Scénarisé par le prolifique et éclectique scénariste Jean-David Morvan, dessiné avec passion par Paolo Traisi, cette bd signe  adaptation d'un cycle de S.F éponyme écrit par Jack Vance au début des années 60. Je n'ai pas lu l'oeuvre de ce maitre de la sf et de fantasy mais , rassurez-vous, il n'y a, a priori, pas besoin de savourer l'oeuvre de Vance pour appréhender cette adaptation. 

En effet, JD Morvan et Paolo Traisci nous plonge de suite dans le bain. L'entrée en matière n'est ni confuse, ni lente. A travers la voix-off d'un vieil homme qui s'adresse à son petit-fils, on assiste à l'attaque d'un port de pauvres pécheurs par de féroces vaisseaux spatiaux. Survivants de ce massacre, on retrouve des années plus ce grand-père et son petit-fils. Le premier est décédé. Nous comprenons alors que sa voix-off était en fait un testament et qu'il lègue à sa progéniture l'espoir de la vengeance face à ceux qui ont attaqué leur planète chérie. Nous suivons donc la quête de vengeance du flegmatique et déterminé Kirth Gersen qui, sur les conseils de son grand-père, va se lancer sur la trace des cinq princes-démons, des pirates intergalactique coupables des pires crimes. 

Il est difficile de rester insensible devant ce space opera qui nous fait tout simplement rêver avec des planches immersives de qualité et résultant de l'alliance magistrale entre le dessin de Paolo Traisci et la colorisation de Fabio Marinacci. C'est simple, à travers le travail de ces deux artistes italiens, on ressent un véritable amour, généreux et enthousiaste pour la SF et le cyberpunk. Sur une page, on contemple un cercueil de verre éjecté dans un Espace étincelant, sur une autre, on est plongé dans une atmosphère de polar sf et urbain qui ne déplairait pas aux fans de Blade Runner. Ce premier tome nous plonge avec délicatesse mais fermeté dans un univers de sf bien relevé. Après avoir fait leurs armes dans le fanzinat, on ne peut que féliciter Paolo Traisci et Fabio Marinacci pour cette première incursion dans la bande dessinée à grande échelle et on leur souhaite une bonne continuation pour la suite.

Ce tome démarre donc avec délicatesse parce que JD Morvan au scénario nous plonge d'abord dans une enquête. Nous ne sommes pas dans du space opera placé sous le signe de l'action et de la baston intempestive. C'est avant tout une enquête qui vise à identifier les différents princes-démons. Le rythme est donc plutôt posé avec pas mal de dialogues. L'intrigue est forcément complexe d'où l'importance de lire ce premier tome tranquillement. Mr. Morvan a bien raison de démarrer cette quête de vengeance de manière plus douce ce qui permet de nous attacher facilement à Kirth Gersen. Ce personnage me fait un peu penser à Spike de l'anime Cowboy bebop du génial Shinichirô Watanabe. Un héros qui cache ses blessures derrière un certain flegme. En tout cas, son sang-froid est juste remarquable et on suit son enquête avec plaisir même si la personnalité de cet héros reste pour l'instant plutôt opaque. Même si la vengeance demeure sa motivation, on ne sait pas si elle est guidée par la volonté posthume de son grand-père ou si elle est véritablement personnelle. Sans doute, la suite de la série permettra d'éclaircir davantage la personnalité de notre pirate-détective.

Toujours est-il que nous nous prenons au jeu de cette enquête. JD Morvan, lui même grand voyageur ( si j'en crois son site perso) nous fait voyager sur diverses planètes de cette galaxie. On ne s'y ennuie jamais et cette adaptation a le mérité d'avoir le cadre ambitieux d'un space-opéra tout en étant guidé par une intrigue plus fine. Nous pouvons peut-être reprocher à ce premier volume d'être un peu mécanique dans son approche, d'avoir un ton un peu froid mais il n'en reste pas moins que les confrontations et les rencontres sont plutôt délectables. Au passage, JD Morvan est le créateur du space opera Sillage qui demeure l'un des importants titres SF de la bd française actuelle. Ce prolifique scénariste possède donc  une certaine facilité dans la création d'univers (dans tout les sens du terme) accrocheurs et trépidants. Une belle aisance qu'on retrouve dans ce nouvel album. 

En bref

Premier coup amplement réussi pour cette adaptation bd. La Geste des Pinces-démons signe un départ à la fois calme et intense. Sans trop de précipitations, l'éclectique scénariste JD Morvan et les géniaux artistes italiens Paolo Traisci au dessin et Fabio Marinacci à la couleur nous offrent un préambule passionnant et captivant à cette quête/enquête qui nous emmène aux quatre coins de la galaxie.

9
Positif

Une trame qui allie l'ampleur du space opera avec la finesse d'une enquête policière

Le superbe travail de Paolo Traisci au dessin et Fabio Marinacci à la couleur ( un jolie résultat pour une première bd éditée à grande échelle)

Negatif

Un ton et des personnages mécaniques dans l'ensemble.

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (373)
Autres critiques de La geste des princes-démons
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)