8

Critique de L'Atelier des Sorciers #7

par Tampopo24 le dim. 13 déc. 2020 Staff

Rédiger une critique
Portrait d'une âme torturée

L'Atelier des sorciers est vraiment une série qui n'en finit pas de me surprendre et dont la qualité graphique constante est surprenante quand on voit la qualité du trait de la dessinatrice. Vraiment l'une de mes plus belles découvertes de ces dernières années.

Cependant depuis le début, le titre est quasi exclusivement centré sur nos jeunes apprenties et les adultes n'étaient là qu'en soutient lointain. Quel plaisir j'ai donc éprouvé en constatant que ce tome était consacré à Kieffrey. En effet, le professeur de Coco est depuis le début un homme fort mystérieux qui cache bien des secrets derrière son col roulé et ses petites lunettes. Il est plein de gentillesse envers elle et la protège toujours, sait la guider, mais ne s'ouvre pas. Je me demandais donc ce qu'il cachait et je ne pensais pas le découvrir de ci-tôt.

Mais l'autrice a décidé de nous surprendre en nous révélant ses origines - totalement inattendues - et ce qu'il cache derrière son doux sourire. C'est un joli coup de massue parfaitement assené que l'on reçoit avec des révélations relatées de manière magistrale dans une narration à nouveau soignée et percutante mais riche en émotion. Se mêlent alors regrets d'un professeur, peine d'un meilleur ami et haine violente d'un homme perdu. C'est poignant ! Le drame est parfaitement amené, tissé, mis en scène et donne presque enfin de tout relire depuis le début sous ce prisme pour voir si des indices n'avaient pas été glissés. Kieffrey gagne un nombre fou de points de charisme. C'est le héros torturé que j'aime croiser dans ce genre d'histoire et son ami Olu en est l'acolyte parfait.

Alors certes, c'est un tome où l'on ne voit quasiment pas nos petites héroïnes mais ça fait du bien aussi après six tomes qui leur furent consacrés. Il était temps de voir un peu les adultes. Ainsi suivre le grand sorcier Berdalute, puis découvrir les secrets qui rongent Kieffrey, et voir évoluer Olu dans son élément étaient enrichissants et dépaysants. Cela a ouvert l'univers de la série. Surtout qu'avec Kieffrey et Berdalute, on plonge un peu plus dans la partie sombre du récit avec leur lien avec la Confrérie du Capuchon, mystère ultime ici. Je me régale.

Ajoutez à cela une mise en scène graphique encore une fois merveilleuse où l'autrice nous fait parfaitement sentir et vivre dans son trait les tourments qui agitent notre cher professeur, c'est merveilleux (dans le sens littéraire du terme) !


En bref

Probablement un tome clé dans l'écriture de l'histoire de la série. Celle-ci continue sa plongée dans un univers bien plus sombre que la gentille utilisation de la magie, qui peut rendre la vie si belle, laisse croire. Les apparences sont bien trompeuses et rarement récit ne l'aura aussi bien illustré. C'est noir et magique à la fois, à l'image de Kieffrey. Bonus : Pour ceux qui ont pris l'édition collector, comme moi, un joli carnet de qualité reproduisant celui des filles. Totalement dispensable donc indispensable pour les âmes de collectionneuses et collectionneurs.

8
Positif

Un tome consacré à Kieffrey

L'écriture magistrale d'un personnage torturé par son passé

Des dessins magnifiques sublimant les tourments du héros

Une narration parfaite

Une plongée dans le côté toujours plus sombre de l'univers

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (485)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de L'Atelier des Sorciers
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)