8

Critique de Fantastic Four #1969

par Le Doc le dim. 14 févr. 2021 Staff

Rédiger une critique
Orgueil et puissance !

1969 est la dernière année complète de la série Fantastic Four co-scénarisée et dessinée par Jack Kirby (le King finira par claquer la porte et rejoindre DC Comics courant 1970). Cette année se distingue aussi par sa construction particulière. Il y avait déjà eu avant cela des récits à suivre mais ceux-ci n'excédaient pas les trois épisodes (la Trilogie Galactus étant l'exemple le plus connu). Ici, les deux arcs narratifs principaux s'étendent sur quatre parties chacun. Ce qui ajoute aux observations selon lesquelles Jack Kirby ne créait plus de nouveaux adversaires et préférait garder ses meilleures idées pour lui-même pendant ses derniers mois sur le titre.

Cela ne signifiait pas que la qualité n'était plus au rendez-vous. Certes, le comic-book montrait de temps en temps des signes d'essoufflement (voir l'Intégrale 1968) et il y en a encore ici : les #82 et 83 avec les Inhumains sont assez répétitifs par rapport aux autres rencontres (encore un plan de de ce fou de Maximus) et le diptyque avec l'Homme-Taupe (#88 et 89) est assez faible (je n'ai jamais vraiment été convaincu par cette histoire de maison futuriste abandonnée et achetée par les F.F. pour y vivre tranquille avec leur bébé). 

Mais les fameuses histoires en quatre chapitres remontent le niveau. Le thème est la domination et la lutte pour la liberté. Dans les #84 à 87, les F.F. sont à la merci de Fatalis, dans un village latvérien,  leur vieil ennemi les ayant hypnotisé pour leur retirer le contrôle de leurs capacité. Dans les #90 à 93, la Chose est enlevé par un esclavagiste Skrull qui l'emmène sur une planète modelée sur la Terre des années 30 pour qu'il y combatte dans un équivalent cosmique des Jeux du Cirque. 

Ces deux sagas trouvent une partie de leur inspiration sur le petit écran (Le Prisonnier pour la première, Star Trek pour la seconde) et ne manquent pas de moments mémorables. Le final de l'affrontement contre Fatalis a un feeling très film de guerre dans la Vieille Europe, avec les assauts de résistants sur le château du tyran...mais étonnamment, il n'y a pas vraiment de gagnant car Fatalis n'est finalement pas prêt à tout dans sa conquête du pouvoir.

Sur une planète inconnue, loin du reste de l'équipe, Ben Grimm n'a rien perdu de sa force et de sa détermination (c'est un peu un avant-goût de ses futures aventures en solo dans Marvel Two-in-One) et il trouve l'amitié et l'humanité là où il ne s'y attendait pas en la personne du robot de combat Torgo. L'influence trekienne est bien utilisée dans cette suite d'épisodes très agréables à lire, aux visuels réjouissants. En ce temps-là, un arc narratif en quatre chapitres ne signifiait pas décompression, loin de là.

L'aspect familial est évidemment toujours présent et il est autant au coeur de jolis moments (la réunion finale) que d'autres qui le sont un peu moins (la façon péremptoire dont Reed écarte Sue de la mission pour retrouver Ben, alors qu'elle a montré son utilité...comme si elle en avait encore besoin...et sa force dans la bataille contre Fatalis).

En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (792)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Fantastic Four
Boutique en ligne
79,99€
Boutique en ligne
79,99€
Boutique en ligne
79,99€
Boutique en ligne
79,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)