8

Critique de Batman Arkham - Double-face

par Le Doc le mer. 24 févr. 2021 Staff

Rédiger une critique
Justice truquée...

Les deux dernières histoires mises à part (les numéros spéciaux Joker's Asylym : Two-Face et Batman & Robin 23.1 sont bien racontés mais ils sont aussi assez anecdotiques et n'apportent pas grand chose au portrait d'ensemble), le premier tome de l'anthologie Batman Arkham centrée sur la galerie de vilains du Chevalier Noir démontre une belle cohérence dans l'élaboration de son sommaire. Ce premier volume est consacré à Harvey Dent alias Double-Face, l'un des plus tragiques adversaires de Batman puisqu'il fut d'abord un fervent défenseur de la justice avant d'être défiguré en plein procès par un caïd du crime.

Harvey Dent (qui fut d'abord appelé Harvey Kent, avant d'être renommé pour éviter la confusion avec un certain journaliste de Metropolis) a tout de même attendu longtemps avant de devenir l'un des ennemis jurés de Batman. Pendant presque trente ans, il n'est apparu en tout que cinq fois, cinq épisodes tous réunis ici. Chose peu courante à l'époque, les #66, 68 et 80 de Detective Comics par Bill Finger et Bob Kane forment un triptyque qui se lit comme une histoire complète, avec naissance (en à peine 5 cases, ça ne perdait pas de temps à l'époque), méfaits et rédemption du vilain. Dans les années 50, Dent n'a eu droit qu'à deux apparitions et  son retour du bon côté de la loi n'a pas duré. Batman #81 déploie le goût pour le gigantisme du dessinateur Dick Sprang, les scènes d'action prenant place dans des décors étonnants. 

Double-Face a ensuite disparu de la circulation pendant les sixties (moins de vilains au faciès effrayant, il n'a même pas participé à la série TV avec Adam West) pour être ramené par Denny O'Neill et Neal Adams dans Batman #234 (un bon épisode malgré une fin abrupte...la recolorisation n'est hélas pas très convaincante). On passe ensuite à l'après-Crisis avec un excellent annual resté jusque là inédit en V.F. Tout en se basant sur la relecture des origines par Frank Miller, Andrew Helfer et Chris Sprouse ont approfondi la personnalité de Harvey Dent en ajoutant des éléments qui développent les aspects dramatiques de son histoire (la relation avec le père, la seconde personnalité déjà présente avant que l'acide lui donne une représentation visuelle...). L'atmosphère est pesante, le suspense est palpable et la narration est efficace, notamment dans l'utilisation des voix-off. Le one-shot Crime and Punishment par J.M. De Matteis et Scott McDaniel en est un prolongement réussi.

Déjà publié en France par Semic dans l'éphémère revue Batman Legend, l'arc narratif Visages (Legends of the Dark Knight # 28 à 30) imaginé par Matt Wagner (Grendel) a un ton encore plus horrifique, posé d'emblée par l'intense scène du bal masqué. Le but de Double-Face est ici de créer une "nation de monstres", une société à l'image de son visage ravagé. Une intrigue forte, traversée de visuels chocs, qui puise son inspiration dans le chef d'oeuvre maudit de Tod Browning, Freaks, la monstrueuse parade pour une ambiance étouffante, idéalement servie par le trait de Matt Wagner, sa science des ombres et les choix de colorisation de  Steve Oliff.

Le Double-Face de la géniale série animée des années 90 est aussi présent dans cet album à travers une histoire courte en N&B signée Bruce Timm qui reprend brillamment les thèmes inhérents au personnage dans un triangle amoureux fatal. Noir, poignant et superbement dessiné !




 

En bref

Une très bonne entrée en matière pour l'anthologie "Batman Arkham". Et le tome 2 est déjà prévu pour avril avec la vénéneuse Poison Ivy !

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (748)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
29,00€
Boutique en ligne
29,00€
Boutique en ligne
29,00€
Boutique en ligne
29,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)