8

Critique de The Thing #8

par Le Doc le sam. 27 févr. 2021 Staff

Rédiger une critique
La dernière main

Une dizaine d'année avant de devenir le scénariste des 4 Fantastiques, Dan Slott se voyait confier les commandes d'une nouvelle série The Thing, le deuxième titre solo de Ben Grimm après celui des années 80. Mais contrairement au précédent (36 épisodes entre 1983 et 1986, quasiment tous inédis en V.F. à part le premier), l'expérience fut de courte durée puisqu'elle s'arrêta au bout de 8 numéros faute de lecteurs. Les quatre premiers ont été traduit par Panini dans un Marvel Icons hors série, les #5 à 7 sont inédits et le #8 se trouve dans les pages du #56 du magazine Comic Box.

Accompagné par le très bon Kieron Dwyer aux dessins, Dan Slott a mis un terme à ce titre avec le retour d'une grande tradition : la partie de poker entre super-héros...et celle-ci réunit du beau monde dans le très grand appartement de Ben Grimm (qui était alors plein aux as). Le récit est mené avec une certaine légèreté et le résultat est très sympathique. Les interactions aux différentes tables de poker sont amusantes et il y a aussi quelques flashbacks histoire de glisser des scènes d'action...mais pas que...

Car The Thing #8 peut aussi être vu comme la suite de l'excellent Fantastic Four #56 de Karl Kesel et Stuarrt Immonen. Comme il l'avait promis, Ben est venu aider régulièrement Mr Sheckerberg, le propriétaire du mont-de-piété de Yancy Street, et sa tâche est maintenant accomplie. Mais Ben veut faire plus. Mr Sheckerberg emmène alors Ben voir le Rabbi Lowenthal au temple et les deux hommes lui proposent d'avoir enfin sa Bar Mitzvah. La raison évoquée est vraiment bien trouvée et la cérémonie en elle-même est assez touchante, avec un ton positif qui met un temps de côté les aspects tragiques du personnage pour se concentrer sur les bonnes choses de la vie.

Ce bon vieux Ben le mérite bien...et l'épisode donne le sourire de la première à la dernière page.


En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (748)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Laissez un commentaire
Commentaires (0)