7

Critique de Fantastic Four #11

par Le Doc le sam. 6 mars 2021 Staff

Rédiger une critique
Retour vers le passé !

La Torche fut le premier membre des 4 Fantastiques à vivre des aventures en solo dans les pages de la revue Strange Tales entre 1962 et 1965. Ce fut ensuite le tour de la Chose dans la série Marvel Two-In-One dans les années 70 et 80...même si dans ce cas précis, on ne peut pas vraiment parler d'"aventures solo" puisque le principe de "2-en-1" était de réunir Ben Grimm et un héros Marvel différent à chaque numéro (sur le même modèle que Marvel Team-up pour Spider-Man).

Pour le premier annual de Marvel Two-in-One en 1976, Roy Thomas, accompagné par les frangins Buscema aux dessins, a orchestré un crossover en trois parties qui a envoyé les F.F. dans le passé, en pleine Seconde Guerre Mondiale, à la recherche d'un cylindre de vibranium qui pourrait bien influencer le cours du conflit s'il tombait entre les mains des nazis. La saga temporelle se présente ainsi : le premier chapitre dans le Fantastic Four Annual #11, la suite dans Marvel Two-In-One #1 et le chapitre final dans Marvel Two-In-One #20. Bon, à la relecture je me suis dit que l'ensemble aurait pu tenir dans deux annuals bien épais, surtout vu la place que prennent les récapitulatifs des événements précédents...mais je chipote...

Car l'aventure est très divertissante. Dans la partie F.F. dessinée par Big John Buscema, l'équipe au grand complet fait équipe avec les Invaders pour combattre le baron Zemo et récupérer le vibranium. Il y a le passage obligé (assez rapide ici) des deux formations qui se battent avant de se rendre compte qu'ils font partie du même camp et  Roy Thomas s'amuse ensuite du passif entre les personnages (Namor craque bien entendu pour Sue) tout en s'interrogant sur les possibles paradoxes de la situation...ce qui ne dure pas longtemps car il faut laisser place à l'action.

Alors que les F.F. pensaient en avoir fini en retournant à leur époque, l'apparition du Gardien montre à Ben qu'il y a encore du boulot. Dans la partie "2-en-1" dessinée par Sal Buscema, la Chose est à nouveau envoyé en 1942 (mais sans ses camarades) et rencontre des héros patriotiques moins connus que Cap et compagnie, La Légion de la Liberté. Ben mène la danse avec son style inimitable (j'adore ses dialogues) et si ce second acte s'étire un chouïa trop, les rebondissements ne manquent pas. À noter un amusant clin d'oeil : à peine revenu en 1942, la Chose rencontre un sympathique petit livreur de journaux, un certain Johnny Romita alors âgé de 12 ans.

Ce crossover montre aussi les limites de l'ancrage des héros dans une époque définie. Roy Thomas mentionne plusieurs fois que Reed et Ben ont combattu pendant la Guerre. C'est quelque chose qui avait été établi par Stan Lee & Jack Kirby dans les sixties. Mais comme les dialogues appuient sur le fait que l'action du présent se déroule bien en 1976, cela pose un petit problème...car si Reed et Ben avaient environ 20 ans dans les années 40, ils ont donc déjà  dépassé la cinquantaine dans leurs aventures des seventies. Ce qui explique que les origines ont été plusieurs fois remaniées par la suite pour éviter que les héros vieillissent trop vite....


En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (748)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Fantastic Four
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)