6

Critique de La Déchéance d'un Homme

par Tampopo24 le sam. 20 mars 2021 Staff

Rédiger une critique
Portrait d'un artiste maudit dans l'entre deux-guerres

Junji Itô est un auteur de mangas horrifiques qui a eu son petit succès chez nous dans les années 2000, tombé un peu en désuétude depuis, j'avais décidé d'en faire enfin la découverte l'an passé grâce à l'éditeur américain Viz, qui propose de belles intégrales de ses oeuvres. C'était avant d'apprendre que non seulement Tonkam  son éditeur d'origine avait décidé de le relancer, mais également qu'un petit nouveau sur le marché : Mangetsu, avait annoncé la sortie de presque l'intégralité de son oeuvre dans les mois et années à venir !

La déchéance d'un homme, oeuvre plutôt récente qui date de 2017 au Japon, est en fait l'adaptation d'un célèbre roman d'un grand romancier japonais : Osamu Dazai. Junji Itô adapte à sa sauce, en 3 tomes, ce titre culte de la littérature japonaise dont l'ambiance sombre et morose fait bien écho aux titres qu'il a l'habitude d'écrire lui-même. Pour l'amener jusqu'à nous, Delcourt-Tonkam avec l'aide d'une valeur sûre à la traduction : Jacques Lalloz, nous propose une édition simple au format seinen dont la couverture donne d'emblée le ton en mettant particulièrement mal à l'aise.

Junji Itô est connu pour ses titres horrifiques. J'ai pour ma part lu Spirale qui me semblait être l'un de ses titres les plus représentatifs. Je dois dire que si ce dernier m'avait scotchée graphiquement, je reste un peu sur ma faim en ce qui concerne La déchéance d'un homme que j'ai trouvé bien sage. Même si je n'ai pas lu le roman d'origine, je me permets de penser que l'auteur se contente d'adapter le roman sans vraiment insérer sa propre patte ou si peu que c'est bien fade par rapport à l'horreur vécue dans ses titres phares.

Certes, La déchéance d'un homme est une histoire sombre, déprimante, qui met en scène un jeune héros qui n'a jamais su trouver sa place dans la société japonaise élitiste dont il est issu, mais le mangaka raconte cela très rapidement et sans y mettre beaucoup d'émotion. J'ai l'impression que la force du matériaux d'origine a en quelque sorte effrayé le mangaka qui n'a pas réussi à s'en dépêtrer pour proposer quelque chose qui lui serait propre. Cela donne ainsi un titre sympathique à lire mais trop lisse quand on sait de quoi Junji Ito est capable.

L'ambiance est délétère. On peut plaindre ce jeune héros qui se cache sans cesse sous un masque pour plaire à son entourage alors qu'à l'intérieur il se sent tout le temps en décalage. Cela n'a pas été sans me rappeler le texte de Yukio Mishima un peu autour du même thème. La vision de la société japonaise est pleine d'acide. Rien ne semble aller des élites nombrilistes aux domestiques dérangés en passant par ces terribles portraits de femmes que fait l'auteur. J'ai d'ailleurs eu un peu de mal avec cette obsession de faire de celles-ci des personnages oppressifs envers le héros... Celui-ci n'est pas très attrayant puisqu'il ne montre jamais son vrai visage, préférant passer pour le bouffon de service, ou faire tout et n'importe quoi pour plaire aux autres. Il déprime non-stop en plus, ce qui pèse sur le récit.

Heureusement la narration est rapide. On ne perd pas de temps à s'attarder trop longtemps sur les nombreux malheurs qui l'accablent, car le pauvre tombe en permanence de Charybde en Scylla. La métaphore filée de l'artiste maudit lui correspond bien et j'ai aimé la culture dont l'auteur fait preuve dans ses références très modernes pour l'époque invoquée, cela ancre bien le récit dans cette époque un peu délétère de l'entre deux-guerres. Le portrait est donc sombre mais assez juste dans ce qu'il laisse transpirer sur la misère et la décrépitude d'alors par endroits. 

Ainsi dans ce premier tome, on découvre d'abord de manière assez terrible et directe son enfance pas très heureuse entre abus et problèmes d'intégration. Puis on le voit monter à la capitale poursuivre ses études mais voguant d'un milieu à l'autre avant de se faire embarquer dans un mouvement révolutionnaire. Il passe également d'une figure féminine oppressive à l'autre, ce qui a de quoi glacer le sang. Avant de découvrir l'amour sans tout à faire le comprendre, ce qui le conduira à un geste tragique. C'est vraiment une histoire dramatique dans la plus pure veine du genre.

Mon seul regret dans cette histoire très sociale est que le dessin ne suive pas. Je le trouve très classique à part quelques fulgurances bien rares où on retrouve bien le sens de l'horreur du mangaka et de son trait très organique. Il m'avait habituée à des trouvailles visuelles fortes qui suintaient de chaque page, ici c'est très timide. On retrouve un trait seinen déjà vu et bien connu des amateurs du genre et seul le travail sur les regards de fous m'ont vraiment marquée. Petite déception en cette raison quand on se rappelle le génie horrifique d'un Spirale ou d'un Gyo, qui viennent également de ressortir en intégrale chez Delcourt-Tonkam.

En bref

Ce titre a toutes les chances de séduire des amateurs de littérature japonaise classique ou encore des amateurs d'Inio Asano et autres auteurs aimant traiter de manière assez âpre de la société japonaise. Pour ma part, si j'ai aimé le portrait désespéré de cette époque qui commence à se faire lointaine, je n'ai pas pleinement adhéré à la narration que j'ai trouvé trop rapide et au dessin un peu fade. Je m'attendais à quelque chose d'encore plus dérangeant visuellement et je suis restée sur ma faim. C'est peut-être une bonne adaptation, je ne peux pas juger, mais je trouve le travail de Junji Itô trop timide quand on l'a lu de part ailleurs.

6
Positif

Un récit âpre et critique représentatif d'une époque

Un héros artiste tourmenté

La thématique du masque

Une narration fluide et rapide qui signe la maîtrise de l'auteur

L'adaptation d'un grand classique de la littérature japonaise

Negatif

Des dessins un peu trop classiques quand on connait l'auteur

La récurrence du motif de la femme oppressive...

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (668)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de La Déchéance d'un Homme
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Boutique en ligne
7,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)