7

Critique de Pretty Guardian Sailor Moon #3

par Tampopo24 le sam. 3 avril 2021 Staff

Rédiger une critique
La nouvelle génération

C'est sous les couleurs de Mars, la déesse de la guerre, que nous entamons déjà le deuxième arc de la série. Un arc, qui va très vite prendre une teinte futuriste et dramatique.

Je vais être honnête, l'arc de Black Moon est loin d'être mon préféré dans la saga. Je trouve qu'il démarre beaucoup trop vite et que les motivations des méchants sont bancales. De plus, contrairement aux deux premiers tomes où j'avais perçu une critique sociétale en filigrane et un bel hommage aux dramaturgies antiques, ici on a quelque chose de bien plus classique, du moins au début.

Tout commence avec l'arrivée de la mystère mini-Usagi (Chibiusa), qui tombe littéralement du ciel sur Mamoru et la grande Usagi. En parallèle, de mystérieux cercles apparaissent dans Tokyo et une secte semble monter en puissance. Il n'en faut pas plus à notre justicière en herbe, un peu bête il faut bien l'avouer, pour soupçonner la petite fille. Cependant, celle-ci cache un tout autre secret.

Comme je l'ai dit plus haut, cet arc démarre très vite, trop vite même pour moi. Après un premier arc assez rapide, on était en droit de s'attendre à ce que l'autrice calme le jeu maintenant qu'elle était rodée, mais non. Les premiers chapitres reposent sur un schéma classique où nos guerrières vont à chaque fois lutter contre la menace représentée par la secte Black Moon pour perdre et voir l'une d'entre elles disparaître sous le regard impuissant de Sailor Moon. C'est un peu répétitif et rien n'est vraiment creusé alors. On suit juste une Usagi de plus en plus triste de la perte de ses amies, donc à fleur de peau et donc agressive envers mini-Usagi qu'elle considère comme potentiellement responsable. C'est un passage assez agaçant et pas très glorieux pour l'héroïne. Cependant il ne faut pas s'arrêter là.

En effet, si l'on gratte un peu, ces chapitres sont l'occasion d'installer peu à peu un climat de SF comme seule Naoko Takeuchi pouvait y penser, mélangeant les codes des héroïnes en jupon, ceux des chasseurs d'UFO avec bien sûr un cadre toujours aussi dramatique et mélancolique. On y retrouve aussi des petites touches sociétales assez sympathiques sur l'amour malgré la différence d'âge, sur la jalousie d'une mère pour son enfant, etc.

Mais c'est vraiment dans la dernière partie de ce tome que tout s'accélère, prend forme et que ça devient vraiment intéressant. Alors que c'était assez flou et qu'on enchaînait les combats contre "l'ennemi de la semaine", tout se complique quand il ne reste plus qu'une Sailor en plus de Sailor Moon. L'autrice casse alors le moule préétabli pour faire basculer le récit dans une dimension plus futuriste où l'on parle de voyage dans les temps, entre les dimensions, de planète maudite, de trou noir, de ville futuriste, etc. Alors certes, l'apport de la SF est très très léger, c'est vraiment juste un décor mais dans cette série de magical girl ça donne une vraie originalité absente de ses rivales à l'époque.

J'ai vraiment bien aimé le travail progressif sur les personnages. L'autrice introduit petit à petit une nouvelle génération pour compléter celle du premier arc. Après notre mini-Usagi, place à une nouvelle série, une nouvelle compagne féline, un nouveau couple princier. La psychologie de la petite Usagi est assez bien développé au fil des chapitres, notamment sur la question de l'enfant héritier, pour aboutir à d'ultimes pages marquantes. Sa relation avec sa meilleure amie est touchante, tout comme l'est le lien qu'elle tisse avec Mamoru. J'ai beaucoup aimé voir l'autrice attribuer enfin un pouvoir à ce dernier et lui donner sa place dans la série, autre que celle de l'amoureux dramatique de l'héroïne.

Ma seule grosse déception vient des choix de traduction. J'ai beaucoup de mal avec les noms attribués aux attaques qui ne me font pas du tout vibrer et que je ne parviens pas vraiment à mémoriser. Pour moi, ceux de mon enfance avaient beaucoup plus de panache. Il en va de même pour le nom de certains personnages où la traduction frise le ridicule... Mais il me semble que cela vient d'une directive de l'éditeur japonais pour harmoniser mondialement avec les dérivés animés. C'est quand même triste...

En bref

Malgré un début pas aussi accrocher que je l'attendais, ce fut un plaisir de refaire connaissance avec Chibiusa, cette petite chipie qui va vraiment semer la zizanie. Je n'ai pas été convaincue par les premiers chapitres, trop rapides et classiques, mais dès que la série prend un tournant plus franchement futuriste, elle décolle vraiment et nous avec, le tout dans une esthétique toujours aussi fine, douce, poétique et pleine de tragédie. La fin de ce tome coupe vraiment pile au bon moment pour avoir notre dose de suspens, vivement le mois de mai pour poursuivre leurs aventures.

7
Positif

Des dessins toujours aussi beau, fin et tragique

Une ambiance plus SF

L'utilisation d'un mélange moderne et ancien avec les UFO

Le travail des personnages de Chibiusa et de Mamoru

Une seconde partie plus rythmée qui rompt avec la monotonie du début

Une noirceur bienvenue

Negatif

La traduction des noms propres et des attaques

Un début trop rapide et conventionnel

Une Usagi horripilante avec sa jalousie mal placée

Des méchants aux intentions floues

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (573)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Pretty Guardian Sailor Moon
Boutique en ligne
14,90€
Boutique en ligne
14,90€
Boutique en ligne
14,90€
Boutique en ligne
14,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)