4

Critique de Schwarz Ragnarök #4

par MassLunar le lun. 5 avril 2021 Staff

Rédiger une critique
Le dernier salut des mains qui tuent...

Schwarz Ragnarok, petite série de dark fantasy signée Yuki Imada ( qui, sans doute, délivre ici son premier titre) s'achève dans la douleur et la laideur. 

Combats de la démesure, apparition monstrueuse épique, sans surprise , ce quatrième et dernier tome de cette pourtant discrète série éditée par kurokawa reste dans ce même ton qui consiste à faire beaucoup de bruit... pour au final pas grand chose...

C'est malheureux car, même si Yuki Imada  n'a pas peur de flirter avec une petite atmosphère bien démesurée qui pourrait ravir les amatrices et amateurs de dark fantasy à grand spectacle, force est de reconnaître que l'auteur délivre une conclusion assez crétine qui contraste totalement avec le ton désespéré des premiers volumes. De plus, le manga ose une fin ouverte façon Pitch black ten avec une intrigue qui continuera sans doute hors-manga . C'est un résultat vraiment médiocre avec une aigre saveur de scénario baclé. Yuki Imada multiplie les plans d'ensembles sur des apparitions titanesques mais ce côté épique est mal digéré. D'une part, malgré l'aspect hideux de la créature finale, force est de reconnaître que le dessin du mangaka demeure toujours aussi inégal. Il n'y pas de finition, les proportions semblent concentrées uniquement sur les zones du fan service. Ce dernier tome possède la saveur d'un burger pas frais aussi consistant qu'indigeste. De plus, les commentaires un peu neuneu du mangaka entre deux chapitres sur telle ou telle illustration pour introduire les chapitres sont assez gonflants et dénote le certain manque de maturité, voir de sérieux, avec lequel l'auteur a bâtie cette série. Même si le titre ne tombe pas dans du fan service pur jus, c'est regrettable de voir que les seules préoccupations de l'auteur semblent de souligner la plastique de ses personnages féminins et de créer des gros monstres bulbeux qui ravagent tout sur leur passage. Est ce que cela suffit à faire de Schwarz Ragnarok un titre divertissant ? Honnêtement, c'est trop juste...

On pourrait être indulgent et se dire que pour une première série, ce petit Ragnarok possède parfois une petite ambiance dark fantasy assez magnétique. Quelques plans assez percutants retentissent parfois dans cette mini-série et donne un côté très radical et brutal à cette imaginaire. De même, l'une des dernières bonnes idées de ce titre, c'est la mystérieuse petite créature qui apparaît dans ce dernier volume. Par moment, les monstres sont réussis , leur design hideux et brutal donne vraiment un avant - goût de l'horreur esthétique qui aurait pu relever  ce titre. 

Mais, malheureusement, ces bonnes idées sont vite balayées par un scénario à bout de souffle construit sur une vérité pas terrible qui plagie totalement le mythe de Romulus et Remus ( vive les cours de latin de 4ème) et une conclusion navrante avec une irruption du kawai qui n'a rien à faire ainsi qu'un rythme totalement en hors course.

Schwarz Ragnarok n'est pas une déception non plus, c'est juste une confirmation d'une certaine médiocrité, d'une série z méchante mais surtout assez bête qui ne bénéficie pas du sérieux de la part de son auteur. J'en veux pour preuve les commentaires qu'il laissent quand au chara-design des sénateurs qu'il déclare lui-même avoir improvisé au moment de l'encrage... En tout cas, il y a des mangakas qui soignent davantage leur mini-série. 

J'arrête d'enfoncer le clou. Même si dans l'ensemble , Schwarz Ragnarok n'est pas à la hauteur, on peut garder souvenir de ces quelques éclats épiques et cauchemardesques comme la métamorphose du Mal en fin de volume qui donnent un vrai goût pour l'horreur démesuré de la part de l'auteur. C'est peut-être la qualité prometteuse que recèle ce petite titre de dark fantasy. 

En bref

La conclusion est plus que médiocre pour cette série qui se noie dans un scénario bâclé, bébête avec un dénouement totalement antithétique par rapport à ce qui était proposé. Scharz Ragnarok n'est pas un ratage total et on retiendra quelques éclats horrifiques qui donnent un peu de spectacle et reflètent les meilleures qualités du style de Yuki Imada, un style décomplexé qui pourra peut-être plaire à un certain lectorat.

4
Positif

Les éclats horrifiques de Yuki Imada comme le Gardien de la vie ou encore l'éveil du Mal en fin de volume , plutôt réussis et marquants.

Dans l'ensemble, un style de la démesure qui pourra plaire les avides de dark fantasy bourrine à souhait

Negatif

Un scénario qui bascule dans le ridicule

Le manque de sérieux du titre

Les personnages mal finis

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (171)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Schwarz Ragnarök
Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Boutique en ligne
7,65€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)