7

Critique de Ravage #3

par ginevra le mer. 7 avril 2021 Staff

Rédiger une critique
Fin de la trilogie

Fin de la trilogie inspirée du roman de Barjavel.

Fin du récit des aventures du groupe sur le chemin du sud de la France. Nous savions déjà qu'ils y étaient arrivés (voir début tome 1), mais il nous manquait quelques péripéties.

J'ai rapidement relu le livre de Barjavel parce que j'avais oublié le passage par l'hôpital psychiatrique. Le tome 3 résume un peu rapidement certains points et en a supprimé d'autres comme la polygamie imposée ou le fait que Blanche est morte bien avant François. Mais le discours final de la Blanche de la BD me plait plus que l'organisation sans failles laissée en héritage dans le livre.

Les auteurs ont choisi dès le tome 1 de situer le monde futur voulu et géré par François comme arrivé à un point où les choses devraient évoluer. Un des personnages le dit "L'immobilisme n'est pas une valeur humaine" (le maître forgeron du tome 1). Et Blanche le confirme dans son discours final, un peu long je l'avoue.

Cette trilogie est restée fidèle à l'esprit de l'œuvre de Barjavel tout en la modernisant… Le roman date de 1943 quand même! Je ai trouvé cette adaptation un peu violente par moments (influence du roman La Route de Cormac McCarthy?)

Une actualisation intéressante du roman original mais qui a passé sous silence certains faits intéressants qui renforcent le côté tyrannique de François.

En bref

Fin de la trilogie qui actualise le roman de Barjavel mais en effaçant quelques points dérangeants pour garder la violence des diverses escarmouches le long du trajet vers le sud.

7
Positif

dynamisme des dessins

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1967)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Ravage
7
Ravage T.2

Ravage T.2 Staff

Lire la critique de Ravage T.2

6
Ravage T.2

Ravage T.2 Staff

Lire la critique de Ravage T.2

Boutique en ligne
13,90€
Boutique en ligne
13,90€
Boutique en ligne
13,90€
Boutique en ligne
13,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)