6

Critique de Fantastic Four #287

par Le Doc le sam. 8 mai 2021 Staff

Rédiger une critique
Prison de chair...

La sixième année de la prestation de John Byrne en tant que scénariste/dessinateur des 4 Fantastiques ne fut pas la plus régulière de ce run qui a marqué l'histoire du "plus grand comic-book du monde". Parmi les raisons évoquées par l'auteur pour son départ vers la Distinguée Concurrence, il y a les mésententes de plus en plus fréquentes avec Jim Shooter, le rédacteur en chef de Marvel qui lui avait imposé le Beyonder pour le #285 et qui avait fait réécrire et redessiner une partie du #286 (Shooter est aussi la raison pour laquelle Byrne n'est resté que six épisodes sur Incredible Hulk à la même période). 

Il y encore quelques bons épisodes en 1986...même si ce ne sont pas les plus inspirés. Le diptyque Fantastic Four #287/288 en est un bon exemple. L'ensemble reste efficace et agréable à relire et graphiquement, John Byrne forme un bon duo avec le vétéran Joe Sinnott (qui allait ensuite revenir régulièrement sur le titre pendant le run de Steve Englehart, entre le #304 et le #322). 

Mais les deux numéros servent juste de "passage obligé" pour faire revenir Fatalis...car il faut bien "ranger les jouets" avant de partir et on le sait, ce bon vieux Victor revient toujours. Quelques mois plus tôt, Byrne avait orchestré la mort de Fatalis, dont le corps avait été vaporisé lors d'un combat entre le Silver Surfer et Terrax. C'était sans compter une capacité qui n'avait pas été utilisée depuis les années Lee & Kirby : le transfert d'esprit enseigné par les Ovoïdes, une race extraterrestre. Le récit fait dans un premier temps la part belle aux personnages féminins avant l'arrivée de Reed et Johnny dans la dernière partie et pour résoudre le "mystère Fatalis" (présent dans Secret Wars alors qu'il était censé être mort au même moment), Byrne a fait appel au Beyonder (personnage qu'il n'aimait pas vraiment) qui officie ici en tant que deus ex machina.

Je le répète, ça se laisse lire...mais il y a comme un côté "précipité" dans le dénouement de ce court arc qui me fait dire que Byrne avait déjà la tête ailleurs...

En bref

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (791)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Fantastic Four
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)