8

Critique de Fantastic Four #289

par Le Doc le dim. 9 mai 2021 Staff

Rédiger une critique
Quand le ciel se déchire...

Les épisodes 289 à 292 de Fantastic Four forment un tout, l'ultime arc narratif complet écrit et dessiné par John Byrne après six ans sur le titre. Byrne s'acquitte d'abord d'une "formalité" : la construction du nouvel immeuble des F.F. libère par inadvertance un super-vilain un peu oublié, le Basilic. À peine sorti de sa prison de pierre, le Basilic ne pense qu'à se venger de Spider-Man et de la Chose...mais il n'a pas le temps de faire plus de plans car il est abattu par un faux ouvrier qui ponctue son acte par un "Justice est faite". Ces petites scènes revenaient régulièrement dans les séries de l'époque, ce personnage étant le "Scourge of the Underworld" (le Fléau de la Pègre), créé par Mark Gruenwald pour se débarrasser des vilains jugés "mineurs" (la saga du Scourge s'est terminée dans les pages de Captain America, période toujours inédite en V.F.).

Ces cinq premières pages font un peu remplissage avant de passer aux choses sérieuses. Les héros sont téléportés sur la station spatiale du S.H.I.E.L.D. et découvrent que la destruction du Baxter Building a provoqué une déchirure vers la Zone Négative...et qui dit Zone Négative, dit Annihilus et Blastaar. C'est le début d'une saga qui va entraîner la famille à travers l'espace, les dimensions et le temps.

John Byrne a concocté une aventure pleine de rebondissements et menée sur un rythme enlevé, même si elle se repose sur des ingrédients qui donnent un petit goût de déjà-lu. Reed qui se lance dans la Zone Négative au mépris du danger, le conflit entre les deux conquérants de cette autre dimension...ce n'est pas nouveau (Byrne a replongé là dans ses influences Lee & Kirby) mais c'est suffisamment bien ficelé pour passer un très bon moment de lecture, avec des scènes d'action palpitantes. 

Le cliffhanger du #290 (les F.F. et Nick Fury pensent que Reed a été tué dans le combat) donne au final de cette première partie un ton amer avant une grosse surprise : de retour sur Terre, l'équipe se retrouve en 1936. La disparition passagère de Mr Fantastic (ben oui, il revient vite, je ne divulgâche rien) permet à John Byrne de donner un rôle de leader à la Femme Invisible (et il nous gratifie aussi de l'instantané de la première rencontre entre Sue et Reed, histoire de ne plus avoir de doutes sur leur différence d'âge...peut-être pas sa meilleure idée) dans ce voyage temporel mouvementé (Nick Fury n'a plus qu'une idée...aller tuer Adolf Hitler !).

Byrne ne relâche pas la tension dans un très bon chapitre final qui assure le spectacle avant un twist final qui résout efficacement le mystère de cette virée temporelle. Bref, la meilleure partie d'une dernière année inégale pour John Byrne...

En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (791)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Fantastic Four
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)