7

Critique de Patria

par MassLunar le lun. 26 juil. 2021 Staff

Rédiger une critique
Entre deux familles pleure l'euskera

Adapter un roman en roman graphique peut s'avérer être un exercice périlleux car le dessinateur ou la dessinatrice qui s'attaque à une pareille entreprise doit concilier le cœur narratif du roman original tout en y insufflant sa propre vision. C'est à cette tâche que s'attelle Toni Fejzula en adaptant le roman choral Patria de l'espagnol Fernando Aramburu, un roman qui nous retrace la période difficile des attentats de l'ETA à travers la vision meurtrie des différents membres de deux familles, deux mères. L'une a vu son mari mourir tué par le fils d'une autre. Deux familles qui nous conte à la fois l'amour et le déchirement du Pays Basque à travers les différents points de vue de ces deux clans dont chacun tente à sa manière de se reconstruire après le drame...

Sans nul doute, Toni Fejzula emploie avec intelligence tout les atouts du neuvième art pour façonner cette adaptation graphique d'un roman qui semble de base très dense avec cette multiplicité de points de vues. Un pari difficile que l'auteur parvint à surmonter mais la pente s'avère tout de même assez raide par moments.

Le plus difficile provient surtout de cette narration éclatée entre ces différents points de vues auxquelles il faut identifier la couleur choisie pour savoir qui parle ( par le biais d'un utile marque-page d'ailleurs) et une intrigue déconstruite qui entremêle différentes périodes avant ou pendant le drame sans véritable linéarité. En terme de narration, autant le dire, il faut aimer les romans graphiques complexes qui nécessitent de la part du lectorat une bonne attention. Même si, personnellement, j'apprécie l'ambition d'une intrigue éclatée, je dois avouer avoir eu du mal à dévorer ce Patria dans un premier temps. Le texte balance entre répliques et voix-off, une lourde voix-off dont la couleur de fond renvoie à un personnage ce qui permet d'identifier la scène. Le dessin  est plutôt accentué pour chacun des personnages dont on finit par reconnaître la silhouette et les expressions, le tout  baigné dans un léger flou de couleur et d'ombres sans un décor détaillé au millimètre près... C'est un dessin d'ordre émotionnel, un style qui veut primer la fraicheur du ressenti et de l'émotion plutôt que le confort tout en clarté d'un style plus réaliste et plus accessible. Mention spéciale à l'emploi de l'euskera, la langue propre au pays Basque qui renforce la sincérité de l'histoire et lui apporte davantage de cœur.

Par ce style plus baroque et plus indépendant, nous nous retrouvons en plein cœur d'un roman graphique pesant mais qui dégage un certain magnétisme une fois que nous l'avons ingurgité...

Les personnages sont plus familiers et on éprouve une certaine forme d'empathie pour ces deux familles qui se retrouvent coincées dans ce drame. Chacun tente d'y survivre à sa manière entre la mère d'abord coincée dans sa tristesse, celle qui reste profondément attachée à son fils malgré ses actes terroristes, le poète, le prisonnier qui se désabuse peu à peu, la fille qui décide de partir et de vivre sa vie, etc... Les différents membres de ces deux familles sont tous  intéressants et la narration éclatée permet de suivre malgré tout leur évolutions autour de cette patrie à la fois adorée et haïe. On devine que le dessinateur a tenu à respecter la portée chorale du roman de base dans toute son intensité à travers ces différentes destinées jusqu'à une dernière case mémorable. A travers ces familles, le dessinateur reflète parfaitement la vision d'un pays qui se relève peu à peu pour un nouveau et bon départ. 

En bref

Cette adaptation ne vous prendra pas par la main. Patria est un roman graphique assez dense, parfois lourd dans le traitement de sa fiction. Mais c'est malgré tout une bd intense qui aborde les thèmes du pardon, de l'acceptation et du courage dans une nation divisée mais qui tient bon...

7
Positif

Un roman graphique plutôt prenant dans sa seconde partie

Une vision plurielle et bouleversante du Pays Basque et des évènements rattachés à l'ETA

Des familles écrites avec justesse

Negatif

Une narration assez difficile à suivre dans un premier temps ce qui provoque un peu de lourdeur.

Un dessin pas des plus accessibles en terme de clarté.

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (243)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Laissez un commentaire
Commentaires (0)