9

Critique de Beastars #17

par Auray le sam. 31 juil. 2021 Staff

Rédiger une critique
Un « Melon » pas si tendre

Quand on lit le petit mot de Paru Itagaki sur la jaquette, on se dit que nous aussi on serait ravi d'un recueil d'illustrations en couleurs. Car, celui-ci avoue adorer les déposer sur la feuille. Il faut dire que lorsque l'on met les couvertures de Beastars les unes à côté des autres, elles sont vraiment sublimes ! Et, celle-ci ne dérogue pas à la règle, rien que pour la position prise par Legoshi, c'est très efficace, en plus d'être classe. Car, en pratique, il tient alors entièrement malgré le petit format. De plus, vous remarquerez que son poil est redevenu blanc. On comprendra plus tard qu'effectivement, il a du mouron à se faire dans cette histoire encore une fois.

À son propos, vous aurez en bonus une agréable toile qui reprendra les différentes évolutions dans le temps de Legoshi. Mais, qu'est-ce qu'il est mignon notre petit bébé ! En plus de l'écrit sur la couverture, il ne faut oublier la page imprimée derrière qui poursuit le dialogue de l'auteur avec le lecteur. Toutes celles et ceux qui travaillent de nuit avec peu d'heures de sommeil au compteur vont avoir de l'empathie, c'est certain !

Sinon, les dessins sont vraiment les plus beaux que l'on peut voir sur le marché. Il faut voir à chaque apparition du cerf, Louis, il est vraiment magnifié au possible, avec une implication toute particulière pour ses bois. Dans un autre genre, l'hybride Melon, qui a une moitié de gazelle et de léopard, est un affreux comme on les aime. Son sourire denté donne une impression de danger permanent. Et, dans un autre style, on a bien sûr la mignonne Haru, la fameuse lapine du début de la série, mais aussi des toutous qui remueront tout tendrement leurs petits arrière-trains ainsi que leurs queues. On craque complètement. D'ailleurs, au passage, l'image au dos semble en fait la réelle case de fin de ce tome dix-sept. Ce n'est pas courant !

La trame principale suit de manière plus poussée le nouveau méchant. Le côté hybride le rend tout à fait intéressant puisqu'il se fait passer pour un tendre, alors qu'il serait prêt à manger notre étudiante de la famille des herbivores à grandes oreilles. À moins que celui-ci soit plus proche de notre loup qui veut le faire paraître ? Un Docteur Jekyll et Mister Hyde à la sauce Beastars en somme. Il est malin en plus celui-là. Ce petit nouveau fait pousser de nouvelles réflexions dans ce fameux monde fracturé entre les herbivores et les carnivores.

On remarque également qu'Haru entame toujours une liaison dangereuse avec notre héros qui ne veut plus manger ces petits êtres fragiles. Du moins, il fait ce qu'il peut. Celle-ci aime toujours jouer avec le feu, et les situations rocambolesques s'enchaînent. On prend plaisir à être surpris et à voir fleurir des dialogues incongrus.

Enfin, on verra dans ce tome le gang des Lions entreprendre une toute nouvelle relation « commerciale » avec une civette. Autant dire que la méthode reste assez extraordinaire. Il arriverait à rendre jaloux le roi Midas qui, lorsqu'il touche quelque chose, ça se transforme tout de suite en or. Je vous laisse le soin de découvrir un nouveau conte auprès de ce personnage haut en couleur... et en odeur !

Un tome de Beastars qui ne cesse de nous surprendre, que ça soit pour la qualité permanente des cases dessinées par Paru Itagaki, ou pour les scénarios qui changent tellement de ce que l'on peut lire sur le marché. N'ayons pas peur de dire que c'est un des meilleurs récits anthropomorphiques qui m'est donné à lire. Il faut faire cette collection si vous aimez Blacksad de Juan Diaz Canales (scénario) et Juanjo Guarnido (dessin) disponible chez Dargaud, ou alors, le château des animaux de Xavier Dorison (scénario) et Félix Delep (dessin) chez Casterman par exemple. Vous voilà prévenus !

En bref

« Pourquoi est-ce que j'ai tout le temps l'impression d'être une proie ?! »

9
Positif

Les dessins, assurément

Le scénario aussi, avec ses réflexions multiples

Melon, un ennemi peu banal

Les petits bonus

Negatif

On aura le droit un jour à ce recueil d'illustrations ?

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (565)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Beastars
8
Beastars T.15

Beastars T.15 Staff

Lire la critique de Beastars T.15

Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)