6

Critique de Ne reste que l'aube

par vedge le mar. 17 août 2021 Staff

Rédiger une critique
Roman noir

Etrange BD que celle-ci. Elle oscille entre poème onirique et récit philosophique aux noirs profonds.

Un peintre, immortel et vampire, vit dans la noirceur. La moindre lueur dès l’aube pourrait le réduire en cendres. Il vit et compose la nuit, dans un univers sombre, tant dans sa vie que dans ses œuvres.

L’immortalité, rêve et légende de l’humanité depuis toute éternité, lui pèse.

Fardeau des ans, depuis les sauvages repas de sang du début, jusqu’à la lassitude d’une humanité manipulée à son corps acceptant.

Sa vie est organisée par une Intelligence Artificielle qui lui fait rencontrer un jeune étudiant. Un lien se noue, fait de surprise et d’attirance mutuelle, sans travestissement.

A cette histoire fantastique et qui traite en profondeur de plusieurs problématiques humaines, répond un dessin original, sublimant le noir sépulcral. Pas d’inutile, de détails. Il y a juste ce qu’il faut ; Images syncopées reprenant en boucle les rituels d’une vie répétitive et glacée. Grandes cases noires qui se répondent entre pages, au travers d’un texte succinct et poétique.

Le peintre parle par touches successives, construisant peu à peu le tableau final d’une réflexion de plusieurs siècles.

C’est un ouvrage riche, dont la lecture doit savoir prendre son temps pour en saisir la noire amertume et la sagesse immuable.

En bref

Etrange BD qui oscille entre poème onirique et récit philosophique aux noirs profonds. C’est un ouvrage riche, dont la lecture doit savoir prendre son temps pour en saisir la noire amertume et la sagesse immuable.

6
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2702)
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)