8

Critique de Les Carnets de L'Apothicaire #6

par Auray le mer. 22 déc. 2021 Staff

Rédiger une critique
Une promenade vivifiante

Les carnets de l'apothicaire, c'est déjà une couverture et une couleur. Cette fois, Mao Mao est habillée de blanc et d'émeraude, dans un style vestimentaire inspiré de la belle époque où la cité impériale était au cœur de l'histoire du Japon. Dans notre récit, rien n'arrête notre amatrice de poisons et aucun mystère ne lui résiste vraiment, mais, son professionnalisme commence à se retourner contre celle qui fait tout pour se cacher des autres.

Sinon, le facétieux Jinshi souhaite cette fois que la petite l'aide à se faire passer pour un homme du peuple. Autant dire que lorsque l'on a beaucoup de charisme et de beauté, il y a du boulot. Ce sera aussi le moment d'avoir quelques indices sur le mystérieux jeune homme. À moins qu'au final, on se pose encore plus de questions ?

Bon, ce n'est pas le soignant qui se moquera de la personne atteinte de la syphilis, maladie commune et facilement identifiable du XIXème siècle surtout. On a beau être dans un récit complètement fantasmé, on se sert tout de même beaucoup de faits historiques. On voit malheureusement certains sorts réservés à ces femmes courtisanes laissées pour compte après avoir été utilisées par les hommes. Cela peut être une triste fin de vie, si l'on n'arrive pas à tirer son épingle du jeu avant.

Sinon, j'ai préféré, et de loin, la balade dans la cour extérieure. On ressent presque le parfum des plantes ou de l'encens. On admire aussi la beauté des différentes vues proposées, que ça soit des échoppes ou des jardins. Et, même les conversations avec les nouveaux personnages restent très agréables.

Enfin, la dernière partie entame une enquête qui sera une véritable course-poursuite contre la montre. On lit vite, on stresse un peu, car, on ressent toute la tension de la jeune Sherlock Holmes en herbe. Le pire, c'est qu'une fois le but atteint, celle-ci est stoppée net dans son élan par des gardes belliqueux. De quoi ressentir toute la condition des servantes, celle qui sont considérés à tort comme des moins que rien à cause de leurs misérables conditions sociales. Va-t-elle vraiment réussir cette fois à sauver la vie de quelqu'un ? L'identité révélée peut vraiment vous surprendre !

Le tome six des carnets de l'apothicaire est très équilibré. Un coup dans le contemplatif, un autre, plus dans des relations dites amicales, ou alors, on plonge littéralement dans les fameuses énigmes fidèles l'esprit des débuts de ce manga. Alors, la lecture n'en est que plus que qualitative. Dommage que le vieux Lacan est prêt à tout retourner prochainement, car à voir le visage de Mao Mao, un sombre secret entoure cet homme politique important. On a hâte de lire ça ! En attendant, vous avez un tome tout à fait admirable entre vos mains, un des meilleurs depuis le début, puisqu'il commence vraiment à installer plus profondément une mécanique admirable.

En bref

« Je ne l'avais jamais vu comme ça... et j'espère que ça ne se reproduira pas. »

8
Positif

Un tome bien équilibré

Différentes ambiances

Un trait exquis comme d'habitude

Une couverture merveilleuse

Quelques indices en plus sur Jinshi, mais pas que...

Negatif

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (731)
Autres critiques de Les Carnets de L'Apothicaire
Boutique en ligne
7,90€
Boutique en ligne
7,90€
Boutique en ligne
7,90€
Boutique en ligne
7,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)