8

Critique de L'Algérie c'est beau comme l'Amérique #1

par Korail le dim. 16 janv. 2022 Staff

Rédiger une critique
« Quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens. »

Après la mort de sa grand-mère, Olivia décide de partir en Algérie. Cette petite fille de pied noir, qui a hérité d’une Algérie mythifiée et d’une guerre qu’elle n’a pas vécue a besoin de savoir, de connaître, et même de sentir l’Algérie pour intégrer cet héritage qui est tour à tour une gloire et une honte. Sa grand-mère lui a laissé un cadeau posthume pour la guider dans son voyage : elle a écrit ses souvenirs.

C’est son voyage, entre quête identitaire et retour au pays qui est raconté dans L’Algérie, c’est beau comme l’Amérique. Un récit thérapie fait de déceptions et d’émerveillement, où la quête intime d’Olivia rejoint celle des pieds noirs, des harkis, des Algériens.

Qu’est-ce que c’est qu’être descendant de pied noir dans les années 2010 ? La question individuelle prend un tour politique plus général grâce aux remarques de Djaffar, un ami de la famille qui la guide sur la terre de ses ancêtres et la titille dans ses a priori et ses culpabilités. Djaffar, c’est celui qui pose les bonnes questions, sur la bonne ou mauvaise conscience, sur l’absence de responsabilité par rapport à ce que nos parents ont fait, celui aussi qui resitue les choix dans une perspective historique.

Les dessins de Mahi Grand sont vraiment d’une grande qualité tant pour restituer les étendues arides des Aurés que la ville d’Alger ou les personnages. Ce n’est pas un dessin vite fait, les détails foisonnent sans que ce soit chargé. Les personnages sont beaux, leurs regards, leurs émotions sont très bien rendus dans cet album en noir et blanc où la couleur n’est utilisée que pour reprendre les photos prises par la narratrice durant son voyage.

Pour fêter ses 10 ans, Steinkis réédite ses plus grands succès. L’Algérie c’est beau comme l’Amérique est, pour moi, une belle découverte. Le voyage d’Olivia Burton met des images et des mots sur son passé familial, sur des moments mal connus de notre histoire nationale aussi. Je le recommande à tous ceux qui se posent des questions sur la colonisation et ses conséquences et à tous ceux qui se demandent d’où ils viennent.

En bref

Qu’est-ce que c’est qu’être descendant de pied noir dans les années 2010 ? Après la mort de sa grand-mère, Olivia décide de partir en Algérie. Elle a besoin de voir, de sentir cette terre originelle et fantasmée. Elle retisse alors les liens entre l’Algérie d’aujourd’hui et celle contée par sa famille pied-noir, et fait sien ce rapport ambigu entre émerveillement et déception. Une quête identitaire et une histoire familiale qui prend une dimension politique plus générale, tendre et émouvante, sublimée par les magnifiques dessins de Mahi Grand : c’est très réussi.

8
Positif

dessins magnifiques

personnage de Djaffar

histoire touchante

humour de la situation finale

Negatif

le titre

Korail Suivre Korail Toutes ses critiques (41)
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)