6

Critique de Marvel Two-In-One #2

par Ben-Wawe le mer. 19 janv. 2022 Staff

Rédiger une critique
Fin certes précipitée mais agréable des aventures des Deux Fantastiques

Les 4 Fantastiques ont disparu !
Pour être précis, la famille Richards et les enfants de la Future Foundation ont disparu à l’issue de la saga Secret Wars. Le monde Marvel les croit morts et les pleure, alors qu’ils voyagent dans le nouveau Multivers, créé par les pouvoirs de Franklin Richards et nourri par leurs envies.
Ben Grimm et Johnny Storm sont bien sûr les plus impactés… car ils ignorent la survie de leurs proches !

La Chose découvre que Reed leur a laissé un Multisect, appareil conçu pour parcourir le Multivers. Ben fait croire à un Johnny rongé par le chagrin que l’engin peut retrouver les Richards, et tous deux partent dans le Multivers sur un mensonge, alors que leurs pouvoirs s’affaiblissent.
Ils sont accompagnés par la scientifique Rachna Koul, qui tente de gérer leurs pouvoirs mais a ses propres plans. Et également de Victor Von Fatalis, au visage guéri par Reed et qui tente d’être héroïque dans la série Infamous Iron Man.

La série Marvel 2-in-One est ainsi ressuscitée pour narrer les aventures des 2 Fantastiques « vivants », dans leur quête. Marvel 2-in-One Tome 2 : Esprit de famille achève cependant ce titre, car les derniers numéros sortent en parallèle du retour d’une série Fantastic Four, scénarisée par Dan Slott.

L’on retrouve ainsi ici les personnages de la série, perdus dans le Multivers.
Le numéro Annual souligne les errements et doutes d’un Fatalis, déterminé à « bien » agir mais qui demeure hanté par sa jalousie envers Reed Richards, même dans le Multivers. Même face à la perspective de réussir, sans lui.
La suite amène la troupe sur un monde chaotique, où la Guerre Civile a été interrompue quand un super-héros a perdu l’esprit et tué Iron Man et Captain America. Il dirige désormais les décombres du monde, avec une arène surnommée Battleworld.
Ben et Johnny se retrouvent piégés dans cet Univers, après la traîtrise de Rachna Koul et la disparition de Victor. Ils commencent à perdre leurs pouvoirs, mais surtout les mensonges de la Chose n’arrivent plus à résister à la situation… alors que des « Fantastiques remplaçants » veulent les retrouver pour les anéantir.
Les derniers numéros, enfin, font le lien avec la série Fantastic Four, avec les membres tentant d’accepter les actes de chacun, et de tous se pardonner.

Le scénariste Chip Zdarsky a ici le défi difficile d’achever une série bien lancée, avec de bonnes intrigues, en peu de numéros. Il y parvient, en donnant une logique aux événements et en se concentrant sur son point fort : la caractérisation des personnages.
La relation Ben/Johnny est en effet au cœur de ce deuxième tome, avec des réactions et échanges très humains, très émouvants entre eux. Le temps suffisant est pris pour acter leurs réflexions, leurs changements, leurs réactions.
La personnalité de chacun est très bien interrogée, avec de beaux mais difficiles moments entre eux. Johnny gagne énormément en maturité et en profondeur, alors que Ben demeure cet homme bon, mais déchiré par le monde qui l’entoure.
Victor Von Fatalis bénéficie aussi d’un bon moment dans le numéro Annual, alors que Rachna Koul est sacrifiée par manque de place. Les derniers numéros ont la gageure d’évoquer une réconciliation qui intervient ailleurs, mais fonctionnent en eux-mêmes.

Dommage, cependant, que le reste soit moins réussi.
Chip Zdarsky est en effet très bon dans la caractérisation de ses héros, mais le fond de ses intrigues est plus faible. Le monde où Ben et Johnny sont abandonnés est très peu original, il rappelle plusieurs mini-séries Secret Wars et tout simplement Old Man Logan. Les « Fantastiques remplaçants » sont rigolos à leur apparition, mais les personnages sont assez creux et l’idée devient usante sur la fin.
Il est aussi rageant que le scénariste n’ait pas plus accès à Fatalis, car finalement la quête dans le Multivers est assez courte, et tombe à plat.

Le bât blesse graphiquement, aussi.
Declan Shalvey livre des planches efficaces pour le numéro Annual, mais sans briller comme ailleurs. C’est très correct, maîtrisé mais sans surprise.
Ramon K. Pérez illustre les numéros suivants… et le rendu est clivant. Il rappelle beaucoup Roland Boschi, avec un style nerveux, aux traits qui s’envolent. Le rendu est cependant brouillon, assez faible finalement, avec des personnages survolés et des résultats qui laissent songeur sur l’ensemble.

En bref

Marvel 2-in-One s’achève dans la précipitation liée au retour des Fantastic Four. Dommage, car la série livre de très beaux moments d’échanges et d’amitié, malgré une intrigue de fond un peu faible. Le graphisme très clivant demeure un handicap pour le titre.

6
Positif

La très belle relation Ben/Johnny.

Une bonne mais courte utilisation de Fatalis.

Une bande-dessinée positive et touchante.

Negatif

Une fin de série précipitée.

Un graphisme clivant.

Trop peu de Fatalis, pourtant bien écrit.

Ben-Wawe Suivre Ben-Wawe Toutes ses critiques (38)
Autres critiques de Marvel Two-In-One
Boutique en ligne
13,99€
Boutique en ligne
13,99€
Boutique en ligne
13,99€
Boutique en ligne
13,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)