9

Critique de Bug #3

par vedge le ven. 6 mai 2022 Staff

Rédiger une critique
Blue One

Bug a été conçu par son auteur comme une pentalogie dont il connaît le début et la fin, cette dernière pouvant encore changer. Entre les deux, pas de carcan scénaristique, pas de limite.

Sur les premières cases de ce troisième opus, le visage d’un homme, sur lequel on tatoue d’un côté les traits d’Hitler, de l’autre ceux de Staline. Deux dictateurs coupables des pires abominations du XXe siècle. Perte de mémoire ou révisionnisme assumé ? Image et visage choc en tous les cas, pour tourner la première page de ce volume.

Dans un monde privé de toute donnée numérique, celles-ci ayant été aspirées par le Bug, l’humanité revenue à son plus simple appareil biologique non augmenté, cherche un messie. Elle pense l’avoir trouvé dans un astronaute, OBB, qui pourrait contenir, tel un espace humain de stockage infini, l’ensemble des données disparues.

Dans le monde post-Bug, s’exacerbent les communautarismes identitaires de tous poils. Tandis que qu’une question reste posée : l’homme stockage, le cloud humain, que veut-il ?

Ce qui se crée autour de lui, lapin rose pathétique, se sont des extrémistes passéistes, ressurgis par défaut de mémoire, numérique et humaine : nazisme, capitalisme, monarchie, communisme, radicalisme religieux ; Tout ce que les siècles ont tenté avec désinvolture, pour conclure à l’horreur de leurs conséquences.

A une table de réunion, en Sibérie, ressemblant étrangement, coïncidence ou anticipation, à celle qui a réuni, il y a peu, un président français et un dictateur russe, OBB est aux prises avec une tsariste de pacotille, puis à son parasite bleu. Là, en deux doubles pages d’immensité galactique bleuté, le talent de l’auteur s’incarne.

On continue, sur que la fin est proche, convaincu de comprendre où l’auteur nous mène. Mais la fin de ce tome nous saisit à rebrousse poils et on se retrouve désemparé, ne pouvant imaginer une suite.

Encore une fois, Bilal pousse le curseur du présent et du futur, dans l’énigmatique et l’angoissant. Car on finit par y croire à ce futur probable, déconnecté, à la revanche des communautarismes et des nations jusqu’alors laissés pour compte.

Le dessin est superbe, à la fois profond dans sa dimension narrative et puissant dans sa réalisation.

Un troisième tome qui tient toutes les promesses d’un récit de Science-Fiction politique, technologique et philosophique, qui pourrait bien n’être qu’une anticipation superbement dessinée.

En bref

Un troisième tome qui tient toutes les promesses d’un récit de Science-Fiction politique, technologique et philosophique, qui pourrait bien n’être qu’une anticipation superbement dessinée.

9
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (2703)
Autres critiques de Bug
7
Bug T.3

Bug T.3 Staff

Lire la critique de Bug T.3

9
Bug T.1

Bug T.1 Staff

Lire la critique de Bug T.1

Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)