7

Critique de The Witch and the Beast #5

par Sachiko-chi le mar. 17 mai 2022 Staff

Rédiger une critique
Une formation d'équipe qui n'est pas des plus banale !

Chaque couverture de cette saga est plus belle les unes que les autres, et à chaque fois, elles arrivent à dégager une certaine ambiance, à faire ressentir un certain sentiment. C’est toujours avec autant de plaisir que je me lance dans la lecture de ce nouveau tome à la couverture violette que j’adore.

Outre le fait que j’adore cette saga et que j’ai envie de me jeter sur chaque tome à sa sortie, celui-ci me tardait tout particulièrement de le lire avec la fin du tome quatre. Eh oui, l’histoire aurait presque pu s’arrêter là, puisque Guido retrouvait enfin Angela, la fameuse sorcière qui lui avait jeté sa malédiction. Cette sorcière qu’il recherche depuis le début de cette aventure un peu sombre pour enfin lever complètement la malédiction qu’il subit au quotidien.
C’était un moment des plus important de la saga pour permettre une avancée notoire, et ça n’a pas vraiment été le cas. Cette rencontre ne nous aura finalement pas apporté grand-chose de plus si ce n’est d’avoir pu mettre un nom, un visage (et encore, elle peut changer de corps) sur cette personne qui est à l’origine aussi de notre histoire. Bien que Guido ne fut pas au meilleur de sa forme, je retiendrai quand même que c’est une sorcière très intelligente et vraiment puissante, elle nous fait comprendre à lui mais aussi à nous, qu’il sera difficile de la trouver, de la mettre hors d’état de nuire, mais surtout de lever cette malédiction. J’aurai peut-être apprécié un tout petit peu plus de détails pour mieux comprendre le contexte, et comprendre ce qui a poussé Angela a lancé cette malédiction, mais ce ne sera pas la seule fois que je m’interroge à ce sujet.

Cette rencontre si elle ne s’est pas bien passée, elle était tout de même une source d’espoir pour Guido pour s’en sortir, et tout s’est un peu effondré autour de lui. Quand on a le sang chaud comme lui, il faut faire passer sa colère et toute personne est bonne pour en assumer cette responsabilité, et ici c’est Ashaf qui va devoir en subir les conséquences.
Cet événement va nous plonger dans leurs souvenirs communs, nous allons pouvoir découvrir comment ils se sont rencontrés tous les deux, et comment ils en sont venus à faire équipe. Tout commence par une histoire des plus classique avec The witch and the beast, on va d’abord retrouver Ashaf déjà membre de son organisation, à la recherche d’une sorcière. L’entrée de Guido se fera légèrement plus tard, mais lui aussi était dans sa quête de sorcière lui aussi en solo. Si Ashaf est fidèle à lui-même pour Guido c’est un peu autre chose, on le connaît sang chaud, mais plus vraiment bestial comme il l’était, on sent qu’au contact d’Ashaf il s’est civilisé et adoucit, c’est intéressant de voir ces deux temporalités pour se rendre compte de l’évolution du personnage.
Tous les deux vont devoir faire équipe tant bien que mal pour résoudre cette ancienne histoire de sorcières, je l’ai trouvé assez moyenne dans son développement, intéressante pour développer les sorcières avec leur pouvoir et leur malédiction, mais sans rentrer dans le détail comme avec Guido, ce qui est dommage. Mais surtout, j’avais un peu compris tous les enjeux, ou les personnages qui se tramaient derrière, mais je suis restée surprise par certains éléments tout de même. J’ai presque l’impression que ça devait être le début de son histoire, mais que finalement ça n’a pas été retenu et il a fallu la caser quelque part, et le plus tôt c’est le mieux.

Ce qui me donne encore plus cette impression, c’est que ce passé fait la coupure entre le début et la fin du tome, puisque ces deux parties sont liées. Mais alors les dernières pages viennent remonter le niveau du tome avec panache ! Je trouvais déjà que le mangaka nous offrait un univers riche, sombre et immersif mais avec son dernier chapitre, il ne fait que l'étoffer encore plus. Avec Ashaf on a droit à une explication sur la formation terrestre de ce monde qui est bien différent de notre univers. Mais il en rajoute avec différents mondes sur plusieurs plans en mettant en place des sous-sols, c'est presque comme si on avait plusieurs dimensions. Au vu de cette position, le mangaka peut clairement proposer de nombreuses choses s'il veut travailler sur ces différents mondes et nous offrir un titre extrêmement étoffé ! Kousuke Satake ne cessera de me surprendre, et pour cela je ne cesserai de lire cette saga, sauf si elle vient à me décevoir grandement, ce qui n'a pas été le cas jusqu'à présent malgré que soit ce tome soit légèrement en-dessous du précédent.

En bref

Cette saga a réellement le potentiel d'aller loin ! Si l'on vient à penser que le mangaka a atteint ses limites dans l'imagination de son univers, il arrive à toujours nous surprendre avec de la nouveauté, et on le voit bien ici ! J'ai beaucoup aimé le développement du passé entre Guido et Ashaf qui est assez froid et sans réelles attaches, mais qui rappelle qu'avec un effort, on peut s'entendre

7
Positif

Un dessin toujours aussi précis que j'aime beaucoup

Les personnages sont intéressants

Le passé avec la rencontre de Guido et Ashaf

Un peu de découvertes sur les sorcières et une autre forme de magie

Un univers toujours aussi riche

Du développement sur le monde de la saga

Toujours plus de surprises

Negatif

Plus de détails sur les malédictions

Le passé qui me donne une impression étrange avec son insertion dans la saga

La rencontre avec Angela un peu décevante

Sachiko-chi Suivre Sachiko-chi Toutes ses critiques (307)
Autres critiques de The Witch and the Beast
Boutique en ligne
7,50€
Boutique en ligne
7,50€
Boutique en ligne
7,50€
Boutique en ligne
7,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)