6

Critique de Hellfire Gala #1

par Ben-Wawe le dim. 22 mai 2022 Staff

Rédiger une critique
Le gala mondain des Mutants n'est pas aussi beau et grand qu'espéré, voire même voulu, mais il tient ses promesses pour son impact futur

Les Mutants de Krakoa organisent leur premier Gala des Damnés, et nous sommes cordialement invités à la fête !
Les auteurs de la franchise X-Men enclenchent ici un nouveau crossover, après la saga X of Swords, mais dans un contexte ici bien plus agréable ; en apparence. Tout n'est pas rose, forcément, pour nos personnages, qui préparent quelques surprises à leurs invités... notamment l'annonce de la nouvelle composition de l'équipe principale des X-Men !
Panini Comics profite ainsi de cette réunion de séries pour tout publier dans un nouveau volume, sobrement intitulé X-Men : Hellfire Saga, dont le premier tome et six numéros lancent les festivités – mais aussi les hostilités !

Marauders n°21 débute le volume et l'intrigue. Les auteurs Gerry Duggan et Matteo Lolli montrent Emma Frost, Kate Pryde et Sebastian Shaw qui accueillent les invités dans les Mykines, protectorant krakoan, en lien avec la Hellfire Corporation. Autant des Mutants que des Humains se retrouvent ainsi dans une soirée de gala où Emma Frost change trois fois de tenue, mais aussi gère toute l'organisation puis la conclusion avant un fameux « feu d'artifice ». La fin de soirée semble impacter lourdement les invités, complètement troublés par la surprise des Mutants. Mais quelle est-elle ?
Les épisodes qui suivent affinent ces moments, reviennent sur quelques points. X-Force n°20, par Benjamin Percy et Joshua Cassara, montre comment la CIA des Mutants organise la surveillance et la sécurité du Gala des Damnés. Wolverine fait une mauvaise rencontre sur les rives de Krakoa, alors que Sage est confrontée par Emma Frost, suite aux agissements de X-Force dans Terra Verde. Avec, encore, le Fauve qui continue ses manœuvres et manipulations sans conscience.
Hellions n°12, par Zeb Wells et Stephen Segovia, révèle que seulement certains membres du groupe mené cruellement par Mr Sinistre sont invités au Gala : Sinistre lui-même, Kwannon et Havok. Mais Nanny, Long-Couteau, Wild Child et le Faiseur d'Orphelins viennent finalement se mêler aux invités, et provoquer bien des dégâts.
Excalibur n°21, par Tini Howard et Marcus To, se concentre sur les réactions de Betsy Braddock et Rictor au Gala des Damnés. La première doit gérer les annonces brutales de l'Ambassadeur britannique qui, opposé à elle comme Captain Britain, manœuvre brutalement pour ramener Morgane la Fée. Et il va malheureusement loin, au prix d'une vie mutante ! Alors que Rictor tente de se remettre de la perte d'Apocalypse, tout en retrouvant Shatterstar, après une longue absence...
X-Men n°21 est réalisé par Jonathan Hickman et Nick Dragotta, Russell Dauterman, Lucas Werneck et Sara Pichelli. Le Professeur X et Magneto échouent à recruter Namor, alors que les Mutants débattent et votent télépathiquement pour nommer les nouveaux X-Men. Et ceux-ci sont composés de Cyclope, Jean Grey, Polaris, Synch, Sunfire, Malicia et X-23 !
Enfin, l'épisode spécial Planet-Size X-Men n°1, par Gerry Duggan et Pepe Larraz, conclue le tome et montre la grande surprise du Gala des Damnés. Les auteurs décrivent les préparatifs d'un événement, qui justifie le titre de ce numéro mais aussi règle plusieurs difficultés. Notamment la gestion des Arakkii, après X of Swords, alors que leur présence interroge encore plus les Terriens. Et, définitivement, après cet épisode, plus rien ne sera jamais comme avant pour les Mutants... et le cosmos Marvel !

La lecture de X-Men : Hellfire Gala 1 est agréable, et prenante. Les auteurs des séries parviennent à dynamiser une soirée mondaine en apparence classique, avec des costumes proches de la Fashion Week. Il y a bien quelques passages obligés, comme le fraudeur que Wolverine doit stopper, mais l'ensemble est fluide, avec des rebondissements bienvenus.
Surtout, le final surprend, stupéfait même. L'ambition des auteurs n'a d'égale que la bonne gestion des préparatifs, avec énormément de pages pour expliquer « comment » un tel acte peut être réalisé par les Mutants.
L'on a ici clairement l'illustration de la puissance de Krakoa, de l'ampleur prise par ces personnages qui n'ont désormais plus de limites. Le lecteur peut avoir l'impression d'assister au sommet des Krakoans... même si, souvent, cela précède la chute ; nous n'y sommes pas encore, mais la pensée est réelle.

Les épisodes en eux-mêmes se suivent bien, se complètent habilement, en gérant assez bien le suspense pour parvenir au final. Les auteurs peuvent aussi utiliser l'espace pour continuer leurs intrigues, en essayant de les gérer avec le Gala des Damnés, pour faire bonne figure.
Ici, c'est la série Excalibur qui s'en sort le mieux : l'intégration ici de l'attaque diplomatique des Britanniques est très bonne, et très efficace. Cela fonctionne un peu moins pour Hellions, dont l'épisode est agréable et fun, mais les personnages « vampirisent » l'événement. Le numéro Marauders n'a pas grand-chose de son fonctionnement classique, alors que l'épisode X-Men clôt une période sans vraiment s'attacher à quelque chose, hormis l'annonce des nouveaux membres.

Scénaristiquement, X-Men : Hellfire Gala 1 est solide, agréable, prenant. Il y a quelques ratés, quelques maladresses, mais le final éblouissant rattrape l'ensemble.
Graphiquement, le bilan est très mitigé.
Le Gala des Damnés a beaucoup misé, dans sa promotion, sur les tenues des personnages – et il faut avouer qu'elles impressionnent. Peu sont de bon goût, mais toutes sont originales, troublantes, surprenantes, bluffantes. Quel dommage, alors, que les dessins les mettent si peu en avant ! Aucune page complète les présentant, aucune image en pied épatante pour montrer les vêtements choquants des Mutants. Comme si les auteurs n'osaient pas s'inspirer des poses de la Fashion Week, ou abandonnaient tout simplement les poses iconiques, alors que le moment était idéal.
Surtout, les dessinateurs se révèlent décevants dans leurs prestations. Hormis Pepe Larraz, impérial sur le final bluffant, les autres artistes sont loin de leur meilleur, ou de l'ambition de la saga. Stephen Segovia s'en sort bien sur Hellions, même si les décors sont absents. Mais Matteo Lolli est très faible en entrée, Joshua Cassara est trop sombre ensemble, Marcus To n'est pas assez flamboyant, et l'armée espagnole qui dessine X-Men se disperse trop.
Grosse déception graphique, impardonnable pour une intrigue basée sur un gala mondain.

En bref

X-Men : Hellfire Gala 1 est un bon lancement pour un crossover surprenant, où tous les numéros décrivent des détails et événements d'une soirée mondaine étonnante. L'ensemble est bien organisé pour arriver à un final bluffant, immense d'ambition et de puissance. Cela permet de gommer quelques maladresses scénaristiques, même si, hélas, le graphisme n'est pas du tout à la hauteur, et affadit clairement la lecture.

6
Positif

Une bonne cohérence des épisodes entre eux, pour un ensemble fluide.

Plusieurs bonnes idées de relances sur les séries, notamment X-Men et Excalibur.

Le final, énorme d'ambition et de qualité, tant scénaristique que graphique. Plus rien ne sera comme avant.

Negatif

Des maladresses, redites et passages obligés, qui gênent un peu.

Un graphisme absolument en dessous de ce qu'on peut espérer, qui casse la lecture.

Des personnages qui réussissent tout, très arrogants, et qui en deviennent un peu désagréables à suivre.

Ben-Wawe Suivre Ben-Wawe Toutes ses critiques (44)
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)