5

Critique de Safrane Chu #2

par Ben-Wawe le ven. 27 mai 2022 Staff

Rédiger une critique
Après un lancement frustrant et tiède, la sœur de Tony Chu dispose d'une suite légèrement plus enlevée, sans convaincre pleinement

Tony Chu, détective cannibale est un grand succès public et critique, notamment en France. Le titre est l'un des piliers de l'éditeur Delcourt, qui profite bien sûr de l'actualité VO pour poursuivre l'univers décapant créé par le scénariste John Layman.
Ce dernier a certes terminé la série initiale, mais réalise un récit dérivé autour de la sœur du fameux Tony : voici ainsi Safrane Chu, si proche mais si éloignée de ce grand-frère trop droit.

En effet, Tony est un policier cibopathe, capable de lire psychiquement les impressions de tout ce qu'il ingurgite. Safrane, elle, est capable de lire les pensées de ceux avec qui elle partage exactement le même repas ; elle est ciboparse. Mais aussi une gangster, véritable mouton noir de la grande fratrie Chu.

Le premier tome révèle les débuts de la grande carrière criminelle de Safrane, notamment sa lutte à distance avec Tony, et ses relations compliquées avec Eddie Molay, son petit-ami voyou peu doué et peu sympathique. Tout en demeurant proche de son grand-père, en apparence vieux et végétatif, mais en vérité toujours l'âme noire d'un criminel terrible.
Hélas, si Safrane Chu Tome 1 demeure dans l'univers de la série-mère, le rendu est beaucoup moins bon, au point d'en être très décevant, frustrant, tiède et, par moments, désagréable (cliquer ici pour la critique).

Quid, donc, de Safrane Chu Tome 2 ?
Etonnamment, ce dernier se révèle presque une bonne surprise : c'est une vraie amélioration par rapport au lancement, même si bien des défauts demeurent.

Safrane sort ainsi après plusieurs années de prison, et retrouve rapidement ses mauvaises habitudes. Elle se lance sur une arnaque avec Eddie et son grand-père, ce qui la mène vers un vol ambitieux, pour s'emparer d'une collection de vins précieux. Et notamment une précieuse bouteille, qui permet à celui qui la boit de voyager dans le Temps !
Safrane et ses proches enclenchent alors des rebondissements intenses, délirants, avec des passages dans la France du début du XIXe siècle (!) et un plan léché de la jeune femme, pour gagner sa liberté... et surtout beaucoup d'argent.

Les auteurs Jonathan Layman et Dan Boultwood reviennent bien sur leur nouvelle série, et force est de constater que cette deuxième histoire fonctionne mieux.
Safrane est désormais plus « cadrée » comme personnage, le scénariste cesse de répéter en voix-off constamment son statut de ciboparse (ce qui était très lourd, dans le premier tome). Les personnages font aussi moins « neuneu » que précédemment : Eddie demeure une gêne, mais les plans, réactions et démarches des acteurs sonnent moins bêtes et méchantes. Safrane gagne un peu en charisme, et les épisodes sont bien rythmés.
Il s'y passe beaucoup de choses, les événements sont surprenants, délirants. Un aspect plus maîtrisé que dans Safrane Chu Tome 1, où la pression de suivre Tony Chu, détective cannibale a pu bloquer l'ensemble, ou pousser le lecteur à en attendre trop.

Pour synthétiser, ce deuxième volume est tout simplement plus solide, plus fluide ; juste plus maîtrisé, et plus réussi.
Ce n'est cependant pas réellement réussi.

Les défauts en eux-mêmes sont minimisés, mais demeurent. Safrane n'est guère sympathique, Eddie est un salaud difficile à suivre. Il y a un manque total d'explications sur bien des événements, que ça soit les capacités des membres de l'équipe de Safrane, mais aussi les explications du voyage dans le Temps.
C'est comme ça, et c'est tout ; trop facile, quand même.

Certes, le dynamisme est réel, et il y a une forme de souffle qui porte l'intrigue. Mais les détails ne sont pas maîtrisés – en fait, ils ne sont même pas abordés, et c'est réellement gênant.
Surtout, le graphisme de Dan Boultwood demeure assez faible, avec des décors peu travaillés, des personnages aux designs personnalisés mais faciles, et un ensemble d'un niveau certes professionnel, mais réellement pas brillant ou marquant.

En bref

La suite de Safrane Chu est meilleure que son lancement, qui était cependant proche de la catastrophe. Les défauts demeurent, mais sont minimisés par une intrigue délirante et très dynamique. Cela n'est vraiment pas brillant ou maîtrisé, mais ça se lit mieux, bien que les failles restent assez lourdes et, quand même, gênantes pour une telle série.

5
Positif

Un récit très dynamique et rythmé.

Une intrigue délirante, qui créé un souffle sympathique.

Des personnages mieux cadrés, et moins insupportables.

Negatif

Des trous béants dans l'intrigue, qui gênent quand même beaucoup.

Un graphisme très limité.

Des personnages certes mieux cadrés, mais très peu sympathiques.

Ben-Wawe Suivre Ben-Wawe Toutes ses critiques (44)
Autres critiques de Safrane Chu
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)